La radio des foyers, la radio qui donne la parole aux migrants

radio-des-foyers

Discrètement installée dans une petite rue du 20e arrondissement de Paris, REC, la radio des foyers, donne le micro aux migrants africains des foyers de travailleurs. Pas toujours entendus dans les médias, ces hommes ont trouvé un lieu pour s’exprimer et partager leurs expériences. Lors des émissions et des conversations, deux mots reviennent régulièrement : échange et rencontre.

13 - direct copie

« La radio des foyers, c’est votre radio, c’est notre voix ! »

Donner la parole aux migrants pour leur permettre de s’exprimer sur les sujets qui les concernent directement : vote des étrangers, immigration…Ce n’est pas pour rien que le slogan « la radio des foyers, c’est votre radio, c’est notre voix ! » fut choisi. Car à la radio des foyers, ces migrants ont enfin l’opportunité de raconter d’autres vérités que celles entendues dans les médias. Là, ces citoyens peuvent échanger sur ce qu’ils vivent, ressentent et pensent – notamment de leurs conditions de vie – et montrer à ceux qui seraient tentés de venir que la France est loin d’être un eldorado.

Après avoir suivi des ateliers de formation à la radio menés par Sylvain Bernard, coordinateur de la radio des foyers, les résidents et les bénévoles diffusent leur première émission le 21 mars 2013. Tous les samedis, des ateliers sont organisés au foyer Buisson, dans le 20e arrondissement de Paris, en vue de préparer une émission chaque mois. Soit environ 3 heures de reportages, de flashs d’actualité, d’interviews et de débats sur des sujets divers : musique, culture, politique…en direct sur internet.

00 - atelier copie copie

Les foyers, cette matière culturelle « invisible »

Constitués dans les années 60-70, les foyers de travailleurs migrants sont fréquemment installés dans les périphéries des grandes villes. Malheureusement, la méconnaissance de la population à l’égard de ces résidences perdure. Pourtant, même si les migrants sont peu reconnus ils sont en fait très nombreux : il existe aujourd’hui en Île-de-France plus de 300 foyers, à savoir près de 60 000 personnes, raconte Élise Aubry, « la maman de la radio des foyers », dans une interview pour le magazine Reporterre.

Or, souvent, ces migrants restent entre eux. Soutenue par la région Île-de-France et née de l’association Attention Chantier, la radio des foyers incarne alors un moyen de s’adresser à d’autres personnes. De plus, point important pour les membres de la radio : il faut qu’il y ait une rencontre entre les résidents des foyers et ceux de l’extérieur. Pour mieux se comprendre. Et pour enfin valoriser cette richesse culturelle et ouvrir le débat.

Premier média en Afrique, la radio permet aux migrants de s’adresser directement à leurs proches restés sur le continent. Grâce à un numéro de téléphone, les auditeurs d’Afrique ou de France peuvent appeler la radio et s’exprimer. D’ailleurs, la radio est à destination des africains en Afrique, des migrants mais aussi de tout le monde. Les contributeurs de ce projet collectif insistent : ce n’est pas une radio communautaire, elle s’adresse et est ouverte à tous.

12 - direct copie

Réinvestir l’espace public

Invitée par l’association Belleville Citoyenne, la radio s’est déplacée au festival IrRUEption pour coanimer une émission spéciale au Parc de Belleville, à Paris. Ce n’est pas un hasard que le festival s’implante à Belleville, quartier multiculturel et historiquement populaire. Pourtant, ici comme ailleurs, les communautés se croisent et se voient tous les jours, sans réellement se rencontrer et se parler.

Porté depuis quatre ans par Belleville Citoyenne, le festival IrRUEption se veut pluridisciplinaire : théâtre, disco-soupe (repas accompagné de musique), slam, atelier mosaïques…Le but : rassembler les habitants venant de tous horizons pour qu’ils se rencontrent et réinvestissent l’espace public ensemble. L’association rejoint alors ce qu’Attention Chantier met en place depuis ses débuts : permettre à toutes les communautés de s’exprimer, que ce soit à l’antenne ou dans la rue.

Lors de cette émission en public et en direct, Amadou, chroniqueur et bénévole de l’association Attention Chantier, prend le micro. Parti en reportage pour la radio des foyers dans le camp de migrants situé sous le métro de la Chapelle à Paris – évacué le 2 juin dernier – Amadou raconte son expérience : « ça m’a choqué, ça m’a donné à réfléchir ». Parfois présents dans ces camps depuis plusieurs mois, ces réfugiés de diverses nationalités – notamment soudanais, érythréens, somaliens – ont eux aussi leur mot à dire. Pour leur permettre de s’exprimer sur leur parcours, leur itinéraire migratoire et les difficultés rencontrées, le chroniqueur est allé à leur rencontre.

Marie, journaliste, ajoute qu’il faut sortir du pathos et de l’émotionnel que l’on peut voir dans les médias. Que l’on « arrête de regarder ces gens comme l’étranger, celui qui est différent de moi », explique-t-elle. Que l’on s’intéresse à leur histoire et comment ils sont arrivés ici. Il est nécessaire d’aller vers l’autre, de se parler et de « tendre la main pour essayer de mieux comprendre notre actualité et notre monde », poursuit de son côté Sylvain. Et essayer de mieux se comprendre les uns et les autres. C’est-à-dire, en résumé, le rôle de la radio des foyers. Et elle le fait plutôt bien.

Source : radiodesfoyers.org, Attentionchantier.org , Bellevillecitoyenne.fr, reporterre.net

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+
Noémi Capell

Auteure passionnée à la plume tenace et à l'appétit vorace pour les idées qui claquent.

Votre avis