Paulette Magazine prend la parole pour la Journée Internationale de la Femme

Le mois dernier, c’est la rédaction de Street Press qui s’est exprimée dans cette nouvelle rubrique d’Impact Magazine. Pour le mois de mars, nous ne pouvions pas passer à côté de la Journée Internationale de la Femme. Nous avons donc pensé à Paulette Magazine, ce média participatif 100% féminin qui cherche à dévoiler « une image de la femme plus proche des jeunes femmes d’aujourd’hui ». Lisa Delille, la directrice de la rédaction de Paulette Magazine, s’est prêtée au jeu en répondant à une interview concoctée spécialement pour sur cette journée symbolique.

Pour commencer, décris-nous la femme selon Paulette Magazine.

Lisa Delille : « Les Paulette sont des nanas curieuses, créatives, toujours à l’affût des dernières nouveautés et bons plans dans leur ville ou leur région. Ce sont des filles ouvertes sur le monde qui les entoure, ultra-connectées, des baroudeuses, des aventurières, des collectionneuses… et des grandes rêveuses ! Elles aiment aussi consommer la mode mais intelligemment ! Par exemple, chez Paulette, nous accordons beaucoup d’attention dans nos pages à la mode éthique, aux jeunes créateurs, au savoir-faire made in France… »

Selon Paulette, les femmes ont-elles la place qu’elles méritent dans les médias ?

« Non, hélas. Les chiffres le montrent : les femmes occupent seulement 32% du temps de parole à la télévision par exemple. Il faut un renouvellement du paysage audiovisuel et de la presse en général, donner plus la parole à la jeunesse, et installer la parité dans ce milieu également. Il n’y a aucune raison pour qu’un magazine féminin ferme ses portes aux contributeurs mâles ! »

Paulette
Qu’en est-il des médias féminins au milieu du néant médiatique ?

« Les médias féminins persistent pour la plupart dans le cliché de la femme consumériste et futile, sous la pression des annonceurs… Mais des initiatives plus intelligentes, plus fines, commencent à secouer tout cela : Paulette, Causette, StylistMadmoizelle.com, Cheek magazine… sont autant d’exemples de cette volonté de revoir et d’upgrader le féminin. »

Les mecs, arrêtez de nous voir comme des rivales, nous les filles sommes votre planche de salut !

Imaginons que tu peux changer une chose, dont l’effet serait immédiat, pour améliorer l’égalité homme-femme, quelle décision prendrais-tu ?

« Je forcerais les mecs à payer la moitié de notre plaquette de pilule contraceptive mensuelle. Il n’y a pas de raison que ce soit à nous de payer plein pot pour leur tranquillité ! Et si la demoiselle est célibataire, je calculerais au prorata selon la fréquence des rapports avec chaque mec. »

Screen Shot 2015-03-06 at 18.05.50 2

L’année dernière, une véritable polémique s’est créée autour de la théorie du genre, le débat a-t-il avancé depuis ?

« La théorie du genre a été un épouvantail agité par les personnes hostiles à l’évolution du rapport hommes-femmes. Des ragots ont été colportés par des réactionnaires, disant que le gouvernement voulait par exemple « enseigner la masturbation aux enfants » en classe dans le but d’épouvanter les parents d’élèves. C’est de la désinformation et de la manipulation qui sont le fait d’extrémistes. Il n’y a donc pas de débat pour moi là-dessus.

En revanche, je suis avec attention les idées mises en place notamment par Mme Najat Vallaud-Belkacem pour lutter, dès l’enfance, contre les stéréotypes de genre. Les manuels scolaires ne mettent pas assez en avant le rôle des femmes dans l’Histoire par exemple. Et là-dessus, il y a un gros travail à mener, colossal même… »

En Arménie, le 8 Mars marque le 1er jour d’un mois consacré aux femmes, pendant lequel elles reçoivent des cadeaux. Ici, on se contente d’une journée pour revendiquer les droits des femmes, c’est efficace ?

« Je ne pense pas qu’offrir des cadeaux aux femmes soit le meilleur moyen de faire progresser leur cause ! Enfin, tout dépend du cadeau évidemment ! Plus sérieusement, les journées mondiales – que ce soit celle du Nutella, des Kangourous, des Grands-mères ou des Phoques – n’ont pas d’autre intérêt que de mettre un coup de spotlight sur un sujet dans les journaux. C’est très bien, efficace, je ne sais pas… »

Screen Shot 2015-03-06 at 18.05.50

Il faudra encore combien de 8 Mars pour célébrer et non pas revendiquer l’égalité homme-femme ?

« Ouh la ! On n’y est pas du tout mais alors pas du tout ! »

A l’occasion de cette journée internationale, le président Rwandais Paul Kagame a été invité à Paris pour réagir au thème avancé par l’ONU : “L’autonomisation des femmes rurales et leur rôle dans l’éradication de la pauvreté et de la faim, le développement et les défis actuels”. C’est une bonne idée ?

« Il est certain que les femmes ont un grand rôle à jouer dans le développement des pays pauvres. Que ce soit en les dotant de moyens pour développer une activité professionnelle propre ou en leur donnant accès à l’éducation. C’est le meilleur moyen pour que leurs filles puissent elles aussi se libérer et changer le monde. »

Lisa Delille, la directrice de la rédaction de Paulette

Lisa Delille, la directrice de la rédaction de Paulette

Pour le mot de la fin, un coup de gueule en particulier ?

« Les mecs, arrêtez de nous voir comme des rivales, nous les filles sommes votre planche de salut ! »

 

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Votre avis