Interview du 9eme concept : l’art et la manière

Plus de 20 ans après sa création, le collectif artistique 9eme concept est au sommet de son art. La douzaine d’artistes que compte le collectif parviennent à mélanger les différents styles de manière à produire des projets à la fois innovants et harmonieux. Une perpétuelle quête d’évolution qui pousse le groupe d’artistes à sans cesse étendre son activité vers de nouveaux horizons.

Pouvez-vous nous présenter le profil du collectif?

« Le collectif de peintres 9eme Concept existe depuis 1990. Steph Carricondo et Ned, amis d’enfance, ont rencontré Jerk45 à l’école de graphisme à Paris. Ce sont les 3 piliers fondateurs. Nous ne voulions pas faire ce que tout le monde faisait à l’école, du coup on se réunissait dans la cave de l’école pour faire nos créations. D’où l’idée de monter un groupe. Aujourd’hui, le collectif regroupe une douzaine d’artistes d’horizons différents répartis sur plusieurs générations. Les plus jeunes respectant les plus anciens, mais le tout dans un travail d’équipe et de partage. Le groupe tend à s’ouvrir à d’autres artistes pour partager de nouvelles expériences, notamment à travers des résidences. »

Le 9ème concept s’élargie d’année en année et rassemble donc des artistes aux compétences artistiques diverses, quel est le concept moteur du collectif?

« Chaque artiste du collectif possède son propre univers. Nous choisissons collégialement celui qui correspondra le mieux au feeling du moment. D’autres artistes nous rejoignent également au gré des rencontres car ils adhèrent aux concepts que nous mettons en place. Nous avons commencé par créer des expositions où nous pouvions interagir avec le public et partager un maximum. En même temps nous avons cherché différentes manières d’intervenir dans la rue de manière à ce que le public puisse s’approprier nos images sans dénaturer leur propos. »

 Comme tout art, ce qui dénature la chose, c’est la spéculation.

Beaucoup de marques de grande renommée ont déjà été conquise par le “savoir-faire” propre au 9eme concept. Vous l’évoquez vous-même sur votre site, pouvez-nous en dire plus?

« Ne pas faire pour faire. Il faut une motivation intrinsèque au groupe pour générer une expo, un événement ou une prestation. Il nous faut un minimum de fond pour alimenter la forme. Un sérieux irréprochable sur le terrain et en coordination. Le 9eme a aussi créé sa réputation du fait que ce soit l’un des seul groupe d’artiste au monde à être structuré de cette manière. »

Dans une époque où l’accès à la connaissance est grandissant, comment se porte la culture street art d’après vous? Cette culture issue de la rue connait-elle des contradictions?

« En tant qu’artiste, cela ne sert à rien de fabriquer des images si elle ne sont pas vues ou partagées. Le web a révolutionné cette vision en permettant au plus grand nombre de pouvoir découvrir des fresques murales, des pochoirs ou du collage à travers le monde sans se déplacer. Par exemple nous sommes partenaires du projet Google cultural institute / Street art qui oeuvre pour une plus grande visibilité des artistes urbains. Comme tout art, ce qui dénature la chose, c’est la spéculation. Autrefois c’était la figuration narrative, ensuite la figuration libre, les installations conceptuelles, aujourd’hui c’est le street art, et demain ce sera je ne sais quoi. Les modes passent, et le marché s’adapte naturellement aux tendances. »

Parallèlement à votre activité graphique vous avez développé un Concept autour de la musique. Pouvez vous nous en dire plus?

« Le concept s’appelle « Quoi de 9? »: DES VINYLES, DES PASSIONNÉS, 9 MORCEAUX, 1 PODCAST.
Quoi de 9 est né de l’amour de la musique. Pour les membres du 9eme Concept, passionnés par les disques vinyles, l’idée de partager cet amour s’est traduite en la création d’une soirée entre amis. Ces rencontres sont l’occasion de prendre des nouvelles, musicales et amicales, de partager ses découvertes et de se retrouver pour partager, aussi et avant tout, un bon moment. Les amis invitant leurs amis, les soirées grandissent et se déplacent, d’ateliers d’artistes aux locaux d’un magazine, de bars en résidence universitaire en passant par des studios de répétition voire parfois, quand l’occasion le veut, chez un membres du collectif. D’abord soirées programmées le 9 du mois, lors desquelles, les dj’s tirés au sort, ont pour seule consigne de jouer 9 disques, le concept évolue aujourd’hui sous la forme d’une émission, filmée dans l’atelier du 9eme, et diffusée sur le net. Le concept reste le même. Les invités mixent 9 disques. Le plus : les Quoi de 9 s’invitent chez vous. »

On sait que le 9e concept est à l’origine de nombreux travaux artistiques, visibles à travers des expositions ou du street art, quels sont les projets en cours ou à venir?

« Nous avons fait le 25eme étage de la Tour Pleyel à St Denis en résidence artiste avec une vingtaine de peintres. Une expérience à renouveler! Bientôt Ned et Jerk vont faire le M.U.R à Mulhouse le 28 juin avec Bruno Leyval. Le même week-end Steph Carricondo et Romain Froquet seront au festival « Montpellier fait le mur » à Montpellier. Un projet de fresque à Londres est sur les rails. Puis pas mal d’autres expos à venir pour chacun des membres du collectif. »


Pour plus d’informations sur le collectif 9eme concept, allez faire un tour sur leur site ou leur page facebook.

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Avec un pied dans le réel et l'autre dans le monde digital, mes intérêts s'étendent à toutes les connexions qui relient l'Homme à son environnement.

Votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.