Interview d’Alain Bernard

6 ans après son son record du monde du 100 mètres nage libre, Alain Bernard demeure une figure incontournable de la natation française. Double champion olympique, champion du Monde et champion d’Europe à multiples reprises, il a collectionné les plus grands titres internationaux. Aujourd’hui retiré des bassins, le gendarme préféré des français revient sur sa carrière et présente ses projets futurs.

Alain, tu as arrêté la natation après les Jeux Olympiques de Londres en 2012, où tu as remporté une médaille d’or avec le relais français. Avec du recul, quel regard portes-tu sur ta carrière?

« Avec le recul, je me rends compte que c’est loin d’être anodin de remporter des médailles et plus précisément des titres aux Jeux Olympiques! »

Tu avais 29 ans quand tu as pris ta retraite, c’était le bon moment pour toi?

« Cet arrêt à été plus qu’anticipé et je ne le regretterais jamais. En 15 ans de natation, j’aurais quand même parcouru plus de 30000 kilomètres… en nageant. Une chose est sûre, c’est que je suis allé au bout de ce que je pouvais faire. On met tout de côté et il faut revenir à la vie « normale » sans forcément avoir de bagage scolaire, un travail ou une retraite suffisante parce que ce n’est pas un sport professionnel. »

Je ne parlerais pas du tout de débauche. Cependant les médias ne disent pas tout et tant mieux ! Ils n’auraient pas assez de place pour parler d’eux…

Comment as-tu géré ta notoriété, notamment après ton titre olympique à Pékin en 2008?

« Nous avions anticipé certaines choses avec mon agent et mon avocat. Denis m’avait conseillé de m’entourer d’eux pour pouvoir continuer à travailler sereinement comme nous l’avions toujours fait. Néanmoins, il est très difficile de répondre à des dizaines de sollicitations quand on s’entraîne environ 30h par semaine et 6 jours sur 7. Je pense que cet accompagnement a été vital pour que je puisse continuer à m’exprimer les 4 années qui ont suivi! »

Plus que l’expérience sportive des Jeux Olympiques, on parle souvent du côté très festif voire même de « débauche » au sein du village olympique. Confirmes-tu ce qui a parfois été décrit dans les médias? Comment le vivais-tu de ton côté?

« Les Jeux Olympiques demandent une préparation à toute épreuve. Des années de préparation sont nécessaires pour atteindre cet objectif ultime. Les sorties entre amis, les visites en famille ou autre loisirs, beaucoup de ces choses sont mises de côté pendant le temps de la préparation. Quand la compétition est terminée on peut enfin décompresser et aller boire un verre entre amis, comme le font toutes les personnes qui souhaitent partager de bons moments entre amis ou en famille, voilà tout. Je ne parlerais pas du tout de débauche. Cependant les médias ne disent pas tout et tant mieux ! Ils n’auraient pas assez de place pour parler d’eux… »


Arena / Alain Bernard – Greg & Lio – QUAD sur Vimeo.

Quel est ton plus beau souvenir en tant que nageur?

« J’ai de superbes souvenirs sportifs comme les 3 records du monde en 3 jours à Eindhoven, le titre olympique sur 100 mètres nage libre, mais ce qui m’a beaucoup touché c’est l’ovation que j’ai reçu lors de mes derniers championnats de France à Dunkerque en Avril 2012. Je ne peux pas oublier de citer cette aventure extraordinaire sans y associer Denis Auguin, mon entraîneur, qui est un homme exceptionnel. »

Un spot à conseiller? […] Je conseille Byron Bay avec un beau spot de surf!

Tu es consultant natation sur Eurosport, pour les compétitions nationales et internationales. Quelle analyse portes-tu sur la natation actuelle, et notamment la natation française?

« Les nageuses et les nageurs continuent de progresser. La densité actuelle sur certaines courses laisse entrevoir de belles perspectives pour l’avenir. Beaucoup de choses peuvent changer en très peu de temps, notamment pour les Français. Ils sont très compétitifs et je leur souhaite de s’épanouir autant que j’ai pu le faire, ils pourront alors laisser leur place aux plus jeunes et ainsi de suite… »

Hormis ton poste de consultant télé, quels sont très projets présents et futurs?

« En effet, je travaille actuellement avec plusieurs partenaires en tant que consultant ainsi que sur l’image. J’ai ouvert une salle de sport à Antibes qui s’appelle « Workout – Alain Bernard Concept » et je travaille sur la mise en place de stages de natation dès cet été au Cercle des Nageurs d’Antibes. »

Juste pour le plaisir: Impact Magazine aime voyager et faire découvrir de nouveaux spots aux internautes. Comme tu as beaucoup voyagé pour tes compétitions, as-tu un spot de « référence » à conseiller?

« Un spot à conseiller? J’ai adoré l’Australie car nous sommes partis en stage à plusieurs reprises. Je conseille Byron Bay avec un beau spot de surf! »

Byronbay

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.