Chez les Anglais, on commence à rouler… au caca

L’information pourrait n’être qu’un exemple d’humour anglais parmi d’autres, mais elle est cette fois-ci véridique. Pas de Mister Bean ou de Monty Pythons derrière le «bus au caca» (« poo bus ») lancé en grande pompe le 20 novembre, mais une filiale de la générale des eaux tout ce qu’il y a de plus sérieuse.

630x355

« Il ne sent rien, c’est promis ! » a tenté de rassurer la compagnie à l’origine d’un projet un peu farfelu : la création d’un bus écologique dont l’énergie provienne des déchets corporels et des restes alimentaires. Le « bus au caca » a mordu l’asphalte pour la première fois jeudi 20 novembre. Il roulera désormais quotidiennement pour relier l’aéroport de Bristol au centre-ville de Bath, en Angleterre.

Coup de com’ ou projet (vraiment) écolo ?

La nouvelle a fait les unes de la presse Outre-Manche, à renfort de titres plus ou moins scabreux. Le « bus au caca » ne serait-il alors qu’un coup marketing formidablement culotté ? Non, si on en croit les initiateurs du projet : les excréments et les aliments gaspillés par une personne en un an permettent au bus de rouler 60 kilomètres – une manne ! De plus, le bus rejette près de 30% de CO2 en moins qu’un bus normal.

Plus surprenant encore, l’entreprise évoque la possibilité de « faire le plein en route grâce aux passagers à bord ». Il faudra peut-être un peu de temps pour se faire à cette idée. En attendant, devoir s’arrêter à la station-service pourrait bientôt n’être qu’un lointain souvenir…

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Citoyenne du monde en devenir, mordue de beaux mots et de sujets qui fâchent.

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.