Application et limites de la liberté d’expression

Le 7 janvier 2015, en assassinant la moitié de la rédaction de Charlie Hebdo, les frères Kouachi ont directement attaqué la liberté d’expression. C’est cette liberté que les Français ont tenu à défendre en masse le dimanche 11 janvier. Au total, 3,3 millions de personnes ont pris part à la marche républicaine, des rassemblements ont également eu lieu aux quatre coins du monde. Néanmoins, le terme de liberté d’expression reste flou pour certains, estimant qu’il est injuste de rire des religions et des croyants.

Considérée comme l’un des fondements de la démocratie, la liberté d’expression est récemment devenue l’objet d’un virulent débat. En France, elle a été introduite par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Cette dernière précise que « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme, tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ». En 1881, la loi sur la liberté de la presse est venue fixer les limites de la liberté d’expression ; l’injure, la diffamation, ainsi que l’incitation à la haine, à la discrimination et à la violence peuvent entraîner des poursuites judiciaires, comme les propos racistes ou homophobes. Le 14 novembre 2014, l’apologie du terrorisme est venue s’ajouter à cette liste.

Humour et religion

Etant laïque, la loi française permet la critique ou la satire des religions, le blasphème est en effet permis depuis 1881. En revanche, il est interdit d’injurier les croyants. Le sujet était toutefois plus sensible auparavant. Par exemple, l’affiche du film Ave Maria de Jacques Richard, représentant une femme seins nus avec les pieds et les mains attachés sur une croix, avait été interdite en 1984, rappelle Libération. Les juges estimant que cette représentation constituait « un acte d’intrusion agressive et gratuite dans le tréfonds intime des croyances ». La société a toutefois évolué, la laïcité permet la pratique mais aussi la critique de toutes les religions.

L’humour possède un certain statut privilégié. Comme l’indique RTL, les juges peuvent être plus cléments lorsqu’il s’agit d’humoristes ou de caricaturistes, ces derniers étant les symboles de la liberté d’expression. Quant à Dieudonné, son discours est jugé comme ayant une connotation politique.

D’après un sondage effectué par le Journal du Dimanche, un Français sur deux est pour la limitation de la liberté d’expression.

Forte limitation dans certains pays

Chaque pays a sa propre législation sur la liberté d’expression. Aux Etats-Unis, elle constitue le premier amendement de la fameuse Bill of Rights. Il n’y existe aucune restriction, la propagande nazie y est donc permise. Au niveau du vieux continent, elle est protégée par la convention européenne des droits de l’homme, bien que chaque pays membre l’encadre différemment.

Les régimes totalitaires et les pays où la religion est très présente dans la vie politique sont plus enclins à limiter fortement la liberté d’expression. Ainsi, un Russe souhaitant manifester son soutien à Charlie Hebdo a été arrêté par les forces de l’ordre alors qu’en Arabie Saoudite, un blogueur défendant la laïcité a été condamné à 1000 coups de fouets pour apostasie.

En France, l’attentat contre Charlie Hebdo a semé le doute dans certains esprits. D’après un sondage effectué par le Journal du Dimanche, un Français sur deux est pour la limitation de la liberté d’expression.

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Diplômée en journalisme, je porte un vif intérêt aux questions sociétales ainsi qu'à l'Histoire.

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.