Boombox #29 : Oh rare

Pour ce 29ème Boombox, on est allé à la rencontre de Oh rare, DJ/Beatmaker du XIVe arrondissement qui nous parle un peu de son univers musical. Une découverte qui baladera vos oreilles de Paris jusqu’en Californie ! Une base clairement hip-hop, associée à des samples et une pointe d’electro qui viennent couronner le tout, voila à quoi vous attendre avec Oh Rare !

Présente-toi en quelques mots ? Qui est Oh rare ?

« Je suis un jeune producteur/beatmaker venant à la base des Yvelines, j’habite maintenant sur Paris depuis à peu près de 8 ans. Je fais partie du collectif Grande Ville Records et fais essentiellement des beats mais je suis ouvert à toutes sortes de styles musicaux. »

Quelle est l’histoire de ce pseudonyme ?

« Ce nom est parti d’un délire un soir pour trouver un blaze avec des potes au studio, et au final c’est resté… »

Quelles sont tes influences musicales et les styles musicaux que tu affectionnes ?

« Mes influences musicales sont très variées et j’aime pratiquement tous les styles musicaux si musicalement ça me parle, que ce soit du rap, de la funk, du reggae, de la pop ou de la musique électro… Pour moi il y a du bon dans tous les styles. Après je suis beaucoup influencé dans mes prods par les sons de Houston (avec des artistes comme L.E.$ ou Currency…) et de Californie (Snoop Dog par exemple). J’aime bien certains sons de Caribou, James Blake, D. Angelo et j’écoute aussi pas mal de reggae.

En ce qui concerne les Beatmaker/producteur je dirais par exemple Cardo, Flying Lotus, Dam-funk… Même s’ils sont dans des registres assez différents, ils sont vraiment très chauds dans leurs domaines.
Je suis aussi influencé par la musique de mes potes de Grande Ville Records avec qui je fais pas mal de sons. »

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire du remixing ?
Un artiste, un morceau, un album ?

« Ce n’est pas vraiment un artiste ou un morceau en particulier qui m’a donné envie de faire des remix.
En faisant des beat je trouve qu’il manque toujours un truc pour qu’il se suffise à lui-même donc j’aime bien rajouter des voix. Cela peut être l’acapella d’un morceau tout entier comme juste un court passage de temps en temps mais à moins d’être un génie de l’arrangement et de la musique (ce qui n’est pas encore mon cas je crois) je trouve ça dur de tenir un auditeur 3 minutes juste avec un beat s’il n’y a pas de voix.

À partir du moment où tu mets un accapella c’est tout de suite un remix je trouve ce terme un peu réducteur mais bon, les voix habillent la musique, voilà pourquoi j’aime en mettre. Il m’arrive même de partir d’acapella pour travailler autour. »

 Tu te considères plus comme un Dj ou un Beatmaker ?

« Je suis clairement plus un beatmaker, pour le moment je ne fais pas trop ou rarement de mix en soirée. »

Plutot East-Coast ou West-Coast ?

« Si je devais choisir je dirais West-Coast, mais comme je l’ai dit plus haut il y a du bon à prendre dans toutes musiques peu importe leurs origines, ce n’est qu’un détail ça. »

Si tu étais un instrument de musique  ?

« Dur à choisir, je dirais un Juno 60 si j’étais un synthé. »

RetroSpec_01

Une Machine ?

« Un Space echo ! »

B10-RE20

Dans tes productions on peut retrouver à la fois des sonorités Hip-Hop et electro dans le même son… Est-ce un vrai choix d’identité de ta part de vouloir mélanger ces 2 styles ?

« Oui je pense que c’est un vrai choix de ma part j’aime bien sampler et composer sur les samples pour créer une autre ambiance au son, apporter un truc différent du sample d’origine, c’est ça qui m’éclate !

J’ai toujours été attiré par les synthés et leurs sonorités donc pour moi c’est normal d’en retrouver dans mes sons que ce soit de la compo ou du sample y aura toujours une petite touche de synthé.
Chaque beatmaker a sa façon de travailler c’est aussi ce qui fait la patte d’un beatmaker, c’est important d’avoir son propre son, c’est aussi comme ça que tu peux te démarquer des autres. »

Est-ce que tu es déjà signé ou toujours en indé ?

« Je fais partie du collectif Grande Ville Records, mais je suis toujours en indé. »

Tu t’intéresses à quoi en dehors de la musique ?

« En dehors de la musique, le weekend j’adore cette foutue pêche au carnassier, un beau combat sur un brochet c’est énorme ! Après, ce dont t’as besoin, c’est une canne et un moulinet adaptés à ta pêche. C’est très important je veux que tout le monde le sache ! »

Trois morceaux qui t’ont marqué et t’ont influencé dans ta musique…

Où peut-on te suivre ?

Vous pouvez me retrouver sur Soundcloud, Twitter et Facebook !

À l’avenir où peut-on t’entendre jouer ? As-tu des dates de prévues à Paris, en province ou ailleurs ?

« Non, étant donné que je ne mix pas trop en live, mais nous sommes en train de monter un studio avec mon collectif donc il y aura des événements créés au sein de la structure très prochainement, Grande Ville Studio ! »

Trois musiques de la playlist du moment de Oh Rare…

Le mot de la fin ?

« Merci à Impact Magazine pour l’interview, Peace. »

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.