Boombox #6 : Killian

Une plume aiguisée, des instrumentales bourrées d’acoustiques et un visuel des plus raffinés, voilà comment Killian a su imposer sa patte métissée sur la scène rap française. Rencontre avec ce jeune artiste niçois qui mène sereinement, étape par étape, sa route vers les sommets.

En quelques mots, qui est Killian?

« Un amoureux de musique et d’écriture, un étudiant qui s’efforce de poursuivre au mieux son cursus, un bon vivant, quelqu’un d’un petit peu trop fou pour rentrer dans les tendances, et surement pas assez pour en sortir totalement (rires). Au fond, un mélange d’un petit peu tout ça je pense. J’ai 23 ans, je suis né à Cannes et je vis désormais sur Nice étant donné que j’y fais mes études en «aménagement du territoire et urbanisme». Je suis issu d’un mélange franco-ivoirien. Papa est né dans le Sud-Ouest de la France et maman à Abidjan. J’ai eu la chance d’être bercé à une musique éclectique très jeune, ça a forgé mon ouverture d’esprit et très certainement contribué à orienter mes choix actuels en rapport avec mes créations. Sinon je dirais que je suis quelqu’un d’assez instinctif dans ce domaine là, je n’ai jamais ressenti le besoin de refuser ou d’accepter quelque chose pour rentrer dans un style particulier (je n’en ai d’ailleurs pas envie). Je pense que c’est cette spontanéité qui fait ton identité et pas l’inverse. Que dire de plus ? Ah oui… Je passe en moyenne plus de temps à faire les magasins que la majorité de mes amies (je suis accro aux sapes) et je mets de la crème hydratante tous les matins! C’est mon côté métro sexuel, apparemment on en a tous un… Autant ne rien vous cacher (rires). »

La plupart des gens avec qui j’aimerais collaborer sont très loin du milieu rap. Mais j’ai l’impression de déjà rouler avec des génies.

Qu’est-ce-qui t’a poussé à faire de la musique?

« Surement l’univers dans lequel j’ai baigné. Le fait d’en écouter énormément, et d’être un gamin hyper créatif. J’aimais toucher à tout ce que je voyais. Je dessinais beaucoup, créais un tas de pseudos jeux de sociétés, j’étais même persuadé de pouvoir dresser des villes entières dans le bac à sable avec mon petit frère. Quoi qu’elles n’étaient pas si mal que ça nos villes (rires). Et puis il y a eu la musique, à laquelle j’ai eu plus de mal à me détacher… et tant mieux! »

Quelles sont tes principales influences musicales?

« Si seulement j’arrivais à ranger tout ça dans ma tête. J’écoute pas mal de rap, de musique afro, cubaine, de soul, de jazz, etc… Ce serait trop difficile de te citer un artiste, ils sont tellement nombreux à faire des trucs magiques qui ont certainement influencé ma musique à un moment donné, d’une manière ou d’une autre. Mais sinon, je ne m’écoute que moi-même quand l’envie de réaliser un morceau me vient, donc si certains trucs te font penser de près ou de loin à quelque chose que tu connais, prend ça pour du hasard ou de l’inconscient. »

Tu viens de dévoiler ton dernier clip Au pied de la lettre, c’est quoi la suite? As-tu des projets au four?

« Laisse-les penser qu’on dort! Car faire sa route crois-moi ça prend du temps… Mais on essaie  toutefois d’en perdre le moins possible! Il y a toujours quelque chose au four, parfois ça met juste plus de temps à cuire. On gère toutes nos réalisations en total indépendant, donc il arrive que les choses se passent plus difficilement à certains moments. Le morceau Au pied de la lettre boucle le projet plus global «PIXEL», mon EP. On pourra se le procurer d’ici un mois et l’ambiance générale s’inscrit dans la lignée des morceaux Jazzy que j’ai réalisé ces derniers mois avec l’excellent saxophoniste Manu Carré, sans qui ceci n’aurait pu être possible. »

C’est triste à dire, mais ça fait un moment que je n’ai pas eu d’orgasme (rires).

Y a-t-il un artiste avec qui tu aimerais collaborer en particulier? Et si oui pourquoi lui/elle/eux/elles?

« En particulier non, ou alors mes vœux seraient trop gourmands. La plupart des gens avec qui j’aimerais collaborer sont très loin du milieu rap. Mais j’ai l’impression de déjà rouler avec des génies. On se contente de ce que l’on a… Et lorsqu’on a déjà beaucoup, crois-moi que ça facilite les choses (rires). Mais j’ai quelques souhaits un petit peu atypiques : j’aimerais partir en Afrique pour rencontrer un panel de musiciens traditionnels dans l’optique de réaliser un projet aux sonorités propres à l’Afrique de l’Ouest. Ce serait un vrai kiff. »

Killian c’est aussi un visuel raffiné, tes clips et tes photos participent à la définition de ton univers. C’est toi qui gère cet aspect ou y a-t-il toute une équipe derrière?

« Tout d’abord merci. Je ne suis pas tout seul, en effet, mais personne ne me dicte quoi faire. Je suis souvent à la base des idées. J’ai surtout la chance de bosser avec des gens (qu’ils s’agissent des photographes, réalisateurs, musiciens) qui me connaissent très bien et qui essayent juste de traduire et retranscrire mes goûts à travers leurs travaux respectifs. De plus, les liens que j’ai noué avec ces différentes personnes, qui sont aujourd’hui des amis, ne sont pas étrangers à nos univers déjà proches à l’origine. »

Ton dernier orgasme auditif?

« Toi, tu me pousses à dire des conneries… (rires). Ok, je resterai politiquement correct. C’est triste à dire, mais ça fait un moment que je n’ai pas eu d’orgasme (rires). On mettra ça sur le dos d’un travail acharné (humm…). Je me suis peu ouvert à ce qui sortait actuellement côté musique. »

Où est-ce-que l’on peut se procurer tes sons?

« Comme je te disais, mon EP sera téléchargeable sur internet, le lien du téléchargement sera donné sur mes différentes plateformes, Facebook, Twitter… Tu peux également en trouver sur mon Soundcloud. Le plus simple restant, si tu as une envie précise, de venir me le demander sur mon Facebook, je ne manque jamais de répondre: Killian Rap Page/Killian Rap. »

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Avec un pied dans le réel et l'autre dans le monde digital, mes intérêts s'étendent à toutes les connexions qui relient l'Homme à son environnement.

1 Commentaire

  • Répondre juin 2, 2014

    Monique

    Belle trouvaille

Votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.