CES 2015 : la France sous les feux de la rampe

Tenue du 6 au 9 janvier à Las Vegas (Nevada), l’édition 2015 du Consumer Electronics Show, plus connu sous son acronyme CES, a fermé il y a peu ses portes.

 

Qu’est-ce que le CES ?

Grande messe de l’électronique, c’est l’un des salons majeur du secteur, avec, entre autres, l’IFA allemand ou le COMPUTEX taïwainais. Créé en 1978 et réservé aux médias et aux entreprises, le CES est fréquenté par les acteurs internationaux du marché : Samsung, Sony, Microsoft, LG, Sharp… Se déroulant à chaque début du mois de janvier, le CES est l’événement qui ouvre l’année du calendrier hi-tech.

Le logo de la mission "French Tech" un label crée en 2013 sous Fleur Pellerin (alors ministre déléguée chargée de l'Innovation et de l'économie Numérique) pour développer l'économie numérique française.

Le logo de la mission « French Tech » un label créé en 2013 sous Fleur Pellerin (alors ministre déléguée chargée de l’Innovation et de l’économie Numérique) pour développer l’économie numérique française.

Comme à l’accoutumée, le CES a présenté son lot habituel d’innovations et de nouveautés (téléviseurs 4K, tablettes de 65 pouces, casques à réalité virtuelle, …). Cette année, plus qu’une technologie, c’est un pays qui s’est distingué: la France. Sur les 140 pays que comptait le CES, l’Hexagone fut la cinquième délégation mondiale. Cent vingt entreprises, dont 66 start-ups, ont représenté les couleurs de la France en Amérique. Cela en fait le premier pays européen, devant l’Allemagne (39 entreprises) et le Royaume-Uni (33 entreprises).

Ceinture connectée, caméra pour la maison et biberon électronique : quand la France ne manque pas d’imagination

Parmi ces 120 sociétés, il y a de nombreuses « habituées », comme Parrot, Withing ou bien Netatmo. Parrot, déjà connu pour son casque Zik ou ses drones, y a présenté le RNB 6. C’est un système embarqué pour voiture intégrant un système d’exploitation, pour afficher des information sur le véhicule (niveau d’huile, climatisation,…) ou bien lancer des fonctions telles que Spotify, le GPS et les appels téléphoniques.

Welcome de Netatmo

Dotée d’un capteur vidéo de 180°, la caméra Welcome de Netatmo peut aussi filmer dans le noir. Crédits photo: Netatmo

Withings, qui a inauguré l’an dernier sa montre connectée Activité, revient sur le même créneau avec la Pop. Version plus abordable que son aînée (commercialisée à 150 €), la Pop reste un capteur d’activité, analysant les pas effectués ou bien les cycles de sommeil. Parmi les produits exposés par Netatmo, c’est la caméra Welcome qui a retenu l’attention. Surfant sur la vague de la domotique, Welcome permet de surveiller son foyer à distance, en étant doté de reconnaissance faciale. L’utilisateur pourra être prévenu en temps réel si la caméra détecte des visages inconnus dans le domicile.

Les nouveaux venus au CES n‘ont pas manqué d’éclat : Belty propose une ceinture connectée, qui se détend automatiquement si l’utilisateur a eu un repas trop copieux. Glagla Shoes se veut être la marque indispensable en hiver, avec des chaussures chauffantes. Munies d’une semelle « connectée », il sera possible de régler leur température. N’usurpant pas leur côté connecté, les Glagla Shoes mesurent le nombre de calories brûlées ainsi que les pas effectués.

Baby Glgl

Afin d’éviter que l’enfant avale de l’air pendant son biberon, le Baby Glgl utilise un inclinomètre pour déterminer le meilleur angle d’utilisation. Crédits photo: Slow Control

Enfin, les tout-petits ne sont pas ignorés avec le Baby Glgl. Développé par Slow Control (la société derrière la fourchette connectée Happyfork), Baby Glgl est un biberon pouvant indiquer le nombre de biberons consommés, la vitesse à laquelle ils ont été consommés ainsi que leur durée.

Les entreprises françaises soutenues par la classe politique

La présence conséquente des français au CES n’a pas été inaperçue, puisque plusieurs hommes et femmes politiques ont fait le déplacement à Las Vegas. On peut compter parmi eux Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au Numérique, Pierre Gattaz, président du MEDEF, Louis Schweitzer, commissaire général à l’Investissement, ou encore Emmanuel Macron. Le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, était pour l’occasion vêtu du badge « I Love French Tech ».

Emmanuel Macron au centre, accompagné par Louis Schweitzer à sa droite et Henri Seydoux à sa gauche, P-DG de Parrot. Crédits photo: Robyn Beck/AFP

Emmanuel Macron au centre, accompagné par Louis Schweitzer à sa droite et Henri Seydoux à sa gauche, P-DG de Parrot. Crédits photo: Robyn Beck/AFP

Le CES s’est donc conclu par un bilan largement positif pour la France. Le but est dorénavant d’accroitre la présence française au salon américain. La date de la prochaine édition est déjà fixée : elle aura lieu du 6 au 9 janvier 2016. Pour ce qui est de 2015, le salon aura attiré 160 498 personnes, venus rendre visite à 3600 exposants.

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.