Coup de cœur pour « Premiers métros », un projet photographique créateur de lien social

En ces temps de morosité ambiante, promouvoir le lien social est un impératif presque catégorique. Les transports en commun semblent les lieux les mieux adaptés pour cela, puisque leur fonction première est de transporter plusieurs personnes en même temps. La capacité à échanger et donc à (re)créer du lien social devrait donc y être facilitée. Chaque voyage offrirait aux usagers l’opportunité de se découvrir. Idéalement, le transport en commun serait donc un formidable vecteur de communion sociale. Mais voilà, qui aujourd’hui est prêt à faire cette démarche ? Bien souvent, personne ne se regarde dans les transports, et l’ « autre » reste l’ « autre ». Une occasion manquée, donc, de donner du sens au mot société ou à l’expression « vivre-ensemble ».

Et puis, il y a les invisibles, ceux qui démarrent leur journée ou terminent leur soirée en même temps que le soleil se lève. La même situation se répète durant la journée : le métro n’est qu’une étape, et avec la fatigue ambiante, la glace semble encore plus dure à briser. A moins de faire comme Julien Bottriaux, photographe de talent ayant décidé de donner la parole à ces anonymes du transport en commun parisien, à ces voyageurs matinaux qui évoluent dans l’ombre des premiers métros. Qui sont-ils ? Où vont-ils ?

Stéphane  © Premiers Métros - Julien Bottriaux

Stéphane © Premiers Métros – Julien Bottriaux

Redécouvrir ses « voisins de ville » et « voisins de vie »

En un an, Julien Bottriaux est parti à la rencontre de 192 voyageurs matinaux et découvert autant d’histoires qui l’ont touchées, chacune à leur manière, peut-être parce ce qu’elles lui ont été racontées sans arrière-pensée. Rien ni personne n’obligeait en effet ces voyageurs à se livrer, et pourtant, beaucoup ont répondu à l’invitation de Julien et ont accepté, à environ 5.30 du matin, de se laisser prendre en photo. Expérience photographique captivante, itinéraire humain hors du commun. Les profils sont variés : de Stéphane, 24 ans, en reprise d’études, à Akram, 31 ans, vendeur de légumes sur les marchés, en passant par Victor, jeune consultant de 25 ans, Katia, qui prépare les repas dans un collège-lycée ou encore Romain, chef d’équipe en sécurité d’incendie. Ce projet photographique nous montre une France unie dans la diversité, image qui prend bien trop souvent les allures d’un simple mirage.

tumblr_ngcwtlaSMS1to4r2bo1_1280

Aziza © Premiers Métros – Julien Bottriaux

Échanger afin de lutter contre les a priori

L’échange est l’arme la plus efficace contre les a priori, comme le souligne très justement Julien : « Ce projet m’a appris qu’on pouvait avoir l’air bourru tout en étant doux comme un agneau, qu’on pouvait avoir un quotidien difficile mais qu’au final on était plus heureux que tout, qu’on pouvait avoir les traits d’un étranger mais qu’en fait on était plus attaché à la France qu’un soi-disant “Français de souche”… Nos idées reçues ont la vie dure, mais elles peuvent être battues en brèche. » [1]C’est une formidable leçon de vie, un message qui redonne espoir en ces temps où l’ « autre » attise plus que jamais la méfiance.

Akram © Premiers Métros - Julien Bottriaux

Akram © Premiers Métros – Julien Bottriaux

Aujourd’hui, l’aventure est terminée. Julien est passé à autre chose mais encourage de tout cœur ceux et celles qui voudraient suivre sa voie. Alors, bientôt derrière l’objectif ?

Pour réaliser ce stimulant projet, ce photographe s’est beaucoup inspiré du projet de Marie Dinkle, qui a pris la forme du blog L’inconnu du Métro et qui brosse le portrait de voyageurs aux profils variés, mais aussi  du  blog L’inconnu du Tramway, créé par un photographe nantais en 2013.

Katia © Premiers Métros - Julien Bottriaux

Katia © Premiers Métros – Julien Bottriaux


[1] Extrait du témoignage de Julien Bottriaux, http://premiersmetros.tumblr.com/

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Auteure passionnée et touche-à-tout, je prends plaisir à user de mon merveilleux clavier d'ordinateur pour rédiger des articles divers et variés. Et comble du comble, mon clavier a l'air d'aimer ça.

    5 Commentaires

    • Répondre février 7, 2015

      inconnudutramway

      Bonsoir,

      Ah ces parisiens, tout tourne autour d’eux !!

      Merci de rectifier votre article :  » Mais Julien a lui aussi fait des émules, avec le blog L’inconnu du Tramway, créé par un photographe nantais en 2013. »

      Premièrement, j’ai commencé mon blog et mon aventure nantaise le 3 septembre 2013 … Alors que Julien, lui, fin décembre.

      Donc ce serait sympa de rétablir la vérité :  » Julien s’est fortement inspiré de ce qui se faisait à Nantes, avec l’inconnu du tramway !  »

      Je commence a en avoir marre de passer pour un copieur, sous prétexte qu’à Paris c’est le centre du monde et que l’on ne peut faire des choses.

      Alors certes, je me suis inspiré de Marie Dinkle quand j’ai repris la photo, mais j’ai toujours chercher à lui rendre hommage.

      Cordialement,

      Allan

      ——————–
      PS: Et arrêter de faire croire qu’il se lève tous les jours pour parler avec altruisme a tous ces inconnus.

      RATP : Vous vous levez donc tous les jours à 5 h ?
      JB : Non ! Je fais mes shooting trois fois par semaine sur les lignes de l’Est Parisien, près de là où j’habite. Vous pouvez me croiser sur la 3, la 9 ou la 1 où j’ai mes habitudes.
      ——————–

      Moi je me lève tous les jours à 5h pour aller au taf, et j’essaie de trouver l’inconnu du jour … sur l’aller ou le retour du travail. Pour lui, c’est plagier un concept et faire croire à une démarche humaine … ayant pour but de se faire connaitre et en tirer un quelconque profit !!

      J’en suis à 251 inconnu en un peu plus d’1 an et demi.

      Et j’en ai ma claque de passer pour un copieur !!!

      Venez voir un peu ce qu’il se passe sur l’inconnu du tramway, c’est pas qu’un projet photo. C’est une démarche humaine avant tout et je me fais des potes de transports que je recroise régulièrement. C’est ça créer du lien ! Il y a, à Nantes, une vraie communauté de gens qui par le blog interagissent avec moi.

      • Répondre février 7, 2015

        Marie-Caroline Nivaigne

        Allan,

        Je tenais à vous présenter mes plus plates excuses pour cette erreur. En effet, Julien Bottriaux vous cite bien comme une de ses principales sources d’inspiration.

        A vous de voir maintenant si vous considérez cela comme un plagiat ou un hommage.

        Par ailleurs, bretonne pur beurre, je n’ai aucun lien particulier avec Paris. Ce qui m’intéresse dans le projet de Julien, c’est avant tout sa démarche.

        Je voulais aussi ajouter que je ne vous ai jamais traité de copieur, puisque l’inspiration et le plagiat sont selon moi deux choses différentes.

        L’article sera rectifié en conséquence.

        Bon week-end,

        Marie-Caroline

    • Répondre février 7, 2015

      Burrito

      Je suis loin d’être expert en date, mais s’il a créé son blog il y a un an, comment a-t-il pu inspirer un blog créé en 2013?

      • Répondre février 7, 2015

        Marie-Caroline Nivaigne

        Bonsoir Burrito,

        Le blog de Julien a été créé à la fin 2013. Mais vous avez raison,c’est bien l’Inconnu du Tramway qui a été créé en premier. Je vous adresse mes excuses pour cette méprise.

        Bon week-end à vous,

        Marie-Caroline

    • Répondre février 9, 2015

      inconnudutramway

      Bonsoir,

      Merci pour votre rectification.

      J’ai réagi rapidement et vivement car, vous avez sans doute pu le comprendre, il y a un « passif » et c’est à chaque fois très exaspérant de lire des raccourcis de la sorte et d’avoir le sentiment, comme beaucoup en province, que TOUT à Paris est mieux. Je ne réclame pas la paternité, je souhaite juste que soit rétablie la vérité, et ne pas être assimilée à ce qui pour moi n’est pas assimilable. Je suis fier de ce que je fais avec l’inconnu du tramway et fier de tous ceux que j’ai interviewé, qui me suivent et me soutiennent dans cette aventure, c’est bien là le seul hommage que je vois.

      Cordialement,

      Allan

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.