Sélectionner une page

Dopage et sport: les inséparables?

Dopage et sport: les inséparables?

Janvier 2013. Au micro de la célèbre Oprah Winfrey, Lance Armstrong passe aux aveux et confirme ce qui paraissait évident aux yeux du monde : le cycliste américain a eu recours au dopage pour remporter les 7 Tours de France qu’il comptait à son palmarès. Si la nouvelle ne fait pas figure de surprise – tant les suspicions le concernant paraissaient de plus en plus avérées – le monde se demande s’il était vraiment nécessaire pour le texan de se défendre aussi vigoureusement pendant toutes ces années, de créer un battage médiatique aussi important pour finalement avouer ce que la justice tentait de lui faire admettre depuis la fin de sa carrière.

Cette affaire, aussi juste soit-elle, soulève une question importante : Ces scandales autour du dopage ne nuisent-t-ils pas plus au sport que le dopage lui-même ?

Le Tour de France est un événement fabuleux, qui réunit sur les routes de France et de ses environs des millions de personnes chaque année, et au moins autant de téléspectateurs à travers le globe. Mais c’est aussi et surtout trois semaines de sacrifices et d’efforts extrêmement intenses pour près de 200 athlètes qui, aussi entraînés soient-ils, font face à une rigueur physique et mentale parfois difficilement surmontable humainement. Et aujourd’hui, dans un monde où les attentes de performances sont toujours plus grandes, le dopage est devenu monnaie courante. 

Et ce n’est pas le seul sport de « seconde zone » médiatique qui subit ces récurrentes histoires de dopage.  L’athlétisme a aussi eu son lot de scandales depuis 20 ans, en particulier les épreuves de sprint. Ben Johnson, Marion Jones, Tim Montgomery, Justin Gatlin, ou plus récemment Tyson Gay et Asafa Powell. Voici autant de grands noms de l’histoire du sprint contrôlés positifs à des substances illicites en compétitions internationales, nuisant très clairement à la crédibilité de leur sport.

Aujourd’hui, même les sports très populaires, moins réputés que le cyclisme ou l’athlétisme pour ce type d’affaire, sont susceptibles de faire face à ce genre de situation délicate. On notera notamment qu’en Août dernier, les Etats-Unis ont dû faire face à un véritable scandale national. Une douzaine de joueurs de la ligue professionnel de base-ball – la très puissante MLB – ont été suspendus pour prise illicite de produits améliorant sensiblement leurs performances.

La NBA a également été menacée de ce genre de scandales ces derniers mois, alors qu’il ne fait guère de doute que la faible espérance de vie des joueurs de football américain outre Atlantique soit liée à la prise de stéroïdes. Enfin, la légende de la petite balle jaune, André Agassi, a récemment concédé dans son autobiographie OPEN qu’il avait eu lui aussi recours à ce type de substances (cocaïne) au cours de son incroyable carrière.

De nos jours, la lutte contre le dopage est une nécessité. Le sport de haut niveau revendique cette part de rêve que des immenses athlètes nous procurent jour après jour. Pourtant, il est utile de reconnaître que ces scandales autour du dopage nuisent énormément à l’image du sport professionnel, aussi féerique soit-elle. La question actuelle concerne les solutions à apporter à ce fléau.

Plusieurs spécialistes se battent éperdument contre ces affaires qui prennent, à leur goût, une place médiatique trop importante. Certains vont même jusqu’à soutenir l’autorisation du dopage, tout en la régulant.

Alors il est vrai que les scandales ne font pas le plus grand bien aux sports concernés. Mais peut-on aujourd’hui réellement autoriser le dopage modérément sans pour autant finir trop vite dépassé par les événements?

Là est donc le débat. Il paraît clair que la « chasse aux tricheurs » est bien lancée et que les instances de lutte contre le dopage resteront intransigeantes face aux coupables. Cependant, nous sommes tous, en tant qu’amateurs de grandes performances, loin de vouloir participer à ce débat. En fin de compte, qui aurait envie d’apprendre que Lionel Messi, Roger Federer ou Lebron James seraient en fait des tricheurs, protégés par leur statut? N’est-il pas mieux de croire en leur génie et d’apprécier au maximum leurs exploits? Peut-être est-il mieux ici de garder cette idée en tête, et rester des fans avant de tomber dans la paranoïa…

A propos de l'auteur

Max Moizan

Auteur

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

DOMAIN FOR SALEMake Offer
+