Expédition indienne sur Mars : un succès spatial hors-norme qui crée la polémique

Autrement connue sous le nom de Mangalyaan, ce qui signifie littéralement « véhicule martien », la sonde spatiale indienne chargée d’étudier Mars s’est placée en orbite autour de la planète rouge le 24 septembre 2014. Grâce à cette prouesse, l’Inde est devenue ni plus ni moins que la quatrième puissance à disposer de ce type de technologie, devançant son concurrent de toujours, j’ai nommé la Chine.

Une expédition indienne sur Mars qui redistribue les cartes

Narendra Modi, premier ministre indien, s’est empressé de saluer cette réussite historique par un discours centré sur la nation indienne et ses potentialités. Il a insisté sur l’idée de ne pas avoir peur de l’inconnu, car c’est en prenant des risques que l’on achève de grandes choses. Ce qui est sûr, c’est que grâce au travail acharné d’hommes et de femmes ayant choisi de dédier leurs talents et tout leur temps à la découverte de l’espace, et ce sein au sein de l’ISRO, l’agence spatiale indienne, l’Inde a marqué l’Histoire, et fait voler en éclats la suprématie de l’Ouest dans ce domaine. En effet, la mission n’aurait coûté que 75 millions de dollars, ce qui représente une somme infime si l’on compare les investissements réalisés par l’agence spatiale européenne ou encore la NASA pour le même type de missions. En effet, l’envoi du robot Curiosity sur la planète rouge a coûté près de 2.5 milliards de dollars aux Etats-Unis. Enfin, ce qui contribue à faire de l’expédition indienne une incroyable réussite, c’est qu’il aura suffi à l’Inde d’une seule tentative pour y parvenir.

Le Mangalyaan

Le Mangalyaan

Développement technologique versus développement social ?

Nombreux sont ceux à avoir salué la réussite de la mission, tout en soulevant le problème de la pauvreté. Selon certains commentateurs tels que James Fenner dans Liberty Voice, l’Inde aurait mieux à faire de son argent. La question qui se pose ici est finalement de savoir si les pays en développement ont toute légitimité à entamer des programmes de cette envergure. La mission sur Mars a en effet été essentiellement financée par des fonds publics, et certains crient au scandale. Mais soyons sérieux une minute : pour attirer des fonds privés, il faut généralement justifier de plusieurs missions d’envergure, ce qui n’était pas le cas de l’agence spatiale indienne. Il était alors logique que le gouvernement prenne l’initiative, et rien n’est choquant là-dedans.

Oui, l’Inde compte encore aujourd’hui un nombre important de pauvres. Mais est-ce que le pays doit-il vraiment baser tout son développement sur la réduction de la pauvreté ou tenter de voir plus loin ? Est-ce que la réussite technologique d’aujourd’hui ne va pas contribuer au développement social de demain ? Cela peut paraître naïf mais si l’on y regarde de plus près, cette expédition indienne a renforcé la crédibilité du pays et donner aux Indiens un sentiment de fierté incroyable. Et c’est après tout ce qu’une société a véritablement besoin pour se développer, de croire en elle-même.

Quelles perspectives pour le futur ?

J’espère aujourd’hui que l’Inde ne se contentera pas de suivre le chemin tracé par ses voisins de l’Ouest, en cherchant seulement le leadership technologique à tout prix sans le lier aux questions de justice sociale. Selon moi, il est absurde de privilégier l’un par rapport à l’autre mais au contraire essentiel de lier les deux. C’est là que la question de la pauvreté intervient, car elle reste une véritable bombe à retardement qu’il faut considérer avec le plus de précaution. Il est donc impératif pour l’Inde de questionner son développement technologique sur une base sociale. Mais pourquoi les Indiens mettraient-ils en place cette approche à laquelle nous n’avons pas cessé de déroger? Peut-être parce que l’Inde a aujourd’hui l’occasion d’incarner une nouvelle voie de développement, et qu’il serait dommage qu’elle passe à côté de cette opportunité.

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Auteure passionnée et touche-à-tout, je prends plaisir à user de mon merveilleux clavier d'ordinateur pour rédiger des articles divers et variés. Et comble du comble, mon clavier a l'air d'aimer ça.

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.