Football : Les meilleurs derbys d’Europe de l’Est

Si l’expression a souvent été utilisée de façon approximative pour définir une rivalité régionale, ou tout simplement sportive, entre deux clubs, l’unique véritable « derby » oppose exclusivement deux entités de la même ville.

A Londres, les amateurs de football ont l’occasion d’en voir quasiment tous les week-end. A Rome, Madrid ou encore Lisbonne, les supporters cochent deux dates et attendent religieusement le fait de pouvoir enfin en découdre avec leurs ennemis intimes.

Passé l’ancien Rideau de Fer des années communistes, on retrouve toujours ces confrontations passionnantes où les villes se divisent et cessent de respirer l’espace d’une heure et demie.
Tantôt marquées par des différences sociales, politiques, tantôt par la simple volonté de conquérir provisoirement une fugace suprématie locale, ces derbys offrent des ambiances souvent inoubliables.

La « Guerre sainte »

Entre le Wisla Cracovie et le Cracovia, l’histoire débute en 1908 et dure officiellement depuis 189 matchs.

Il est intéressant de remarquer que toutes les classes sociales de la ville supportent de façon relativement égale les deux équipes, même si le Wisla, champion de Pologne à 8 reprises depuis 1999, remporte l’adhésion des plus jeunes.

Le Cracovia, cher à Jean Paul II, et qui a connu sa période faste lors de l’entre deux guerres, plaît plus aux nostalgiques, ainsi qu’aux anciens.

Chaque rencontre est émaillée d’incidents en tous genres, tant cette « Guerre sainte » déchaîne les passions chez les citoyens de Cracovie. L’appellation date l’entre deux guerres, lorsque Ludwik Gintel, joueur du Cracovia entre 1916 et 1930, en référence au derby des deux clubs juifs de la ville, le Makkabi et le Jutrzenka, aurait ainsi formulé, avec un flegme tout particulier, cette drôle de phrase :

Et bien messieurs, allons faire cette guerre sainte.

16784171627_1c3d93ff53_z

Le 191 ème derby de Cracovie – © Flickr

Les deux S

Le derby des deux S oppose le Slavia et le Sparta Prague depuis 1896. Depuis, les deux voisins se sont affrontés 285 fois.

Le Slavia, créé en 1892, a toujours eu une image erronée de club possédant des racines juives, ce qui a souvent été l’objet d’attaques. Son emblème, une étoile rouge inversée, symbolise l’espoir, l’effort, et la purification de l’esprit.

Le Sparta, fondé par 3 frères à la fin de l’année 1983, a depuis toujours joué avec un grand S sur son maillot. Le club est représenté par trois couleurs. Le rouge pour symboliser l’ascendance royale de la ville, le bleu pour l’Europe, et enfin ce mystérieux jaune, dont personne ne connaît la signification.

slavia

Slavia – Sparta 2009 © www.slaviaultras.cz

Le  « Derby éternel »

Selon un classement du Daily Mail, paru en 2009, portant sur les rivalités les plus importantes de l’histoire du football, le « derby » entre les deux institutions omnisports que sont l’Etoile Rouge et le Partizan Belgrade, était en quatrième position.

Les deux clubs, créés dans la continuité de la Seconde Guerre Mondiale, se sont affrontés 236 fois en tout depuis le 5 janvier 1947.

Proche du Ministère de l’Intérieur de la Yougoslavie de Tito, l’Etoile Rouge de Belgrade a réussi l’exploit de remporter la Ligue des Champions en 1991. Ses supporters sont surnommés les Delije, ce qui peut se traduire par les héros, tandis que les Grobari, ou fossoyeurs, du Partizan, sont quant à eux historiquement assimilés à l’armée.

8539622195_44cdd4f2fb_z

Crvena Zvezda – Partizan Belgrade Novembre 2012 – © Flickr

Le « Grand derby de Moscou »

Depuis le 1er juin 1922, le CSKA et le Spartak se considèrent mutuellement comme rivaux.

172 matchs après, cette incroyable concurrence est toujours d’actualité.

Créé en 1911, le CSKA est rapidement tombé dans le giron de l’Armée Rouge.

Le Spartak a vu le jour en 1922 par la volonté d’un groupe de syndicats. Le club est surnommé « Narodnaya komanda », que l’on peut traduire par l’équipe du peuple.

Devant les échauffourées récurrentes entre les fans des deux équipes, le derby se joue sur terrain neutre, toujours à Moscou mais au Stade Loujniki, principale arène de la capitale russe.

FC Spartak Moscow vs PFC CSKA Moscow.

Spartak – Cska Moscou – © Google Images

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Diplômé d’un Master d’Histoire, je suis un passionné de l’actualité internationale en général, avec une préférence pour l’Europe de l’Est, ses peuples et ses cultures.

Votre avis