Interview d’Arno Brignon: La place du père à travers la photographie

Exposées à la Voz’ Galerie à Boulogne-Billancourt, les photos d’Arno Brignon ouvrent une réflexion sur la place du père dans un équilibre familial naissant. Curieux de connaître la démarche artististique d’Arno Brignon, nous avons souhaité lui poser quelques questions…

On avait interviewé Timothy Archibald précédemment, qui lui aussi avait entrepris une expérience artistique avec son fils à travers le projet Echolilia. Est-ce un défi supplémentaire de s’engager dans une œuvre qui vous concerne directement ?

“Non c’est assez naturellement que j’ai démarré ce projet. J’ai une photographie proche du journal intime qui s’inspire des questions et des réalités qui s’imposent à moi au quotidien. Avant ce projet, j’avais commencé un travail sur le couple et sur l’amour intitulé ‘Love in progress‘. Avec l’arrivée de Joséphine, l’équilibre familial a été chamboulé, et l’histoire d’amour à deux s’est reconstruite à trois… c’était certainement le temps d’un nouveau travail photographique.”

L’inquiétante étrangeté, comme le décrit Freud, est le fil qui sous-tend cette série.

Un de vos objectifs à travers le projet Joséphine était de vous interroger sur la place du père, quelle est la réponse que vous avez trouvé ?

“Je ne cherche pas de réponse dans ma pratique photographique. Mes photos sont même, à l’inverse, des questions en suspens, des portes d’entrée à l’imaginaire. Chaque photo de la série Josephine, peut raconter une histoire ou faire écho de manière différente à chacun d’entre nous. La question de la place du père est bien sûr transversale car c’est la mienne, qui photographie, mais ce n’est pas la seule. L’inquiétante étrangeté, comme le décrit Freud, est le fil qui sous-tend cette série.”

 

Vous semblez vouloir mettre le doigt sur le moment même où une transition s’engage entre la vie à deux qui se termine et la vie de famille qui débute. Si vous deviez utiliser un seul mot pour décrire ce moment, ce serait lequel ?

“Transition est un bon mot, mais ‘équilibre’ pourrait l’être aussi. C’est un peu un saut dans l’inconnu, une aventure à trois où chacun se découvre dans ce nouvel équilibre.”

Quelle a été la réaction de Joséphine et de sa maman vis à vis de ces photos ?

“Joséphine est très fière de se voir exposer, sa mère aussi d’ailleurs est très heureuse de voir ce projet prendre forme. Enfin, il faudrait leur demander…

Ceci-dit, la question de photographier sa propre intimité pose évidement la question de ce qu’on choisit de montrer de soi et de ses proches. Dans le cas de cette série, même si la série parle de l’intime, elle dévoile finalement très peu de ce que nous sommes au quotidien. Joséphine, sa mère et moi-même devenons des personnages d’une histoire, d’une fiction que je réécris sur une famille qui devient par là-même universelle, créant ainsi une distanciation nécessaire avec notre réalité.”

 

Si vous deviez choisir une photo qui résume le mieux votre projet, ce serait laquelle ?

“Celle derriere le rideau est assez symbolique car c’est la première. Ça été le point de depart de la série, c’est en la voyant sur les planches contacts des photos que je faisais en temps que jeune père, qu’est née l’idée de cette série. Pour moi, cette photo évoque assez bien ce moment de transition dont vous parliez, entre l’histoire d’amour à deux qui se transforme avec l’arrivée d’un enfant. D’autre part, elle a un côté très fantomatique qui a pour volonté de nous plonger dans un univers un peu irréel, comme l’entrée dans un conte.”

© Arno Brignon

© Arno Brignon

Seriez-vous prêt à faire le même travail dans 10 ans afin de témoigner de l’évolution de la structure familiale et de la place du père ?

“Je pense que mon intimité sera toujours une inspiration pour mon travail photographique. Dans 10 ans, la série ‘Joséphine’ sera certainement terminée, mais il est probable qu’un autre travail sur mes question liées à l’intimité, à la famille, verra le jour sous une forme ou une autre.”


Pour consulter le projet ‘Joséphine‘ dans son intégralité ainsi que les autres travaux d’Arno Brignon, rendez-vous sur son site!

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Cofondateur

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.