Interview de Max Hattler : Celui dont il faut retenir le nom

Ovationné par la critique des magazines spécialisés, le travail fascinant de Max Hattler a déjà été présenté dans 250 centres d’art et festivals de cinéma dans le monde. Outre son approche atypique et sa maîtrise millimétrée, le futur Docteur en Beaux-Arts d’origine allemande se distingue par une liste des récompenses presque aussi impressionnante que son génie. Ses films expérimentaux associent abstraction, politique et une touche d’humour. Sinon la recette de son succès, son approche singulière s’est imposée comme une marque de fabrique qui lui est propre. Rencontre avec un artiste talentueux tout aussi passionné que passionnant.

Le Dazed et Confused magazine te décrit comme l’un des plus jeunes animateurs les plus intéressants au monde. Comment te décrirais-tu?
Dazed and Confused magazine called you one of the most exciting young animators of the world. How would YOU introduce yourself?

« Je m’appelle Max Hattler, en fait je suis sûrement le réalisateur d’animation expérimentale le plus enthousiaste au monde. »


« My name is Max Hattler, I might currently be the world’s most excited aging animator. »

J’essaie d’appréhender le film sous un angle différent, quelque part entre l’abstraction et la représentation figurative, entre la peinture, le son et la musique, entre le récit et le non-récit, afin de créer des mondes audiovisuels qui emportent le spectateur vers d’autres horizons.

Comment expliques-tu que ton travail soit aussi unique, est-ce dû à ta technique ou ta vision singulière de voir le monde?
How could you explain that your work is so unique, is it due to your technique or your particular vision of the world?

« Je ne suis pas sûr que mon travail soit unique. Simplement, je ne suis pas très intéressé par le cinéma conventionnel ou des formats narratifs que l’on retrouve dans le théâtre et le roman. Une grande partie de tout cela reste sur le même terrain, produisant remakes après remakes, régurgitant les mêmes vieilles histoires avec des effets et des acteurs nouveaux, alors qu’il y a tant de choses dans ce domaine qui n’ont pas été explorées. J’essaie donc d’appréhender le film sous un angle différent, quelque part entre l’abstraction et la représentation figurative, entre la peinture, le son et la musique, entre le récit et le non-récit, afin de créer des mondes audiovisuels qui emportent le spectateur vers d’autres horizons. En revanche, ce n’est pas nouveau. Il y a une histoire de l’image abstraite, qui est aussi vieille que le film lui-même. Cela a juste été mis à l’écart par Hollywood. Mais c’est un domaine que je trouve indéfiniment plus intéressant à explorer que le film de fiction. »


« I am not sure if my work is unique. I am just not so interested in conventional cinema and narrative formats derived from theatre and the novel. Much of that keeps treading the same ground, producing remakes of remakes, regurgitating the same old stories with new effects and new actors, while there is still so much in moving image that hasn’t been explored yet. So I try to approach film from a different angle, somewhere between abstraction and figurative representation, between painting and sound and music, between narrative and non-narrative, to create audiovisual worlds that take the viewer somewhere else. That’s not new, however. There is a history of abstract moving image, which is as old as film itself. It just has been sidelined by Hollywood. But it is a field, which I find infinitely more interesting to explore than fictional film. »

Tu semble engagé dans les questions politiques comme tu as pu le montrer avec Collision, Spin ou encore Stop the Show. Est-ce là ta source d’inspiration?
You seem committed to political issues, with Collision, Spin, or Stop the Show for example. Is this what inspires your work?

« La pratique de mon art est inspirée par différents vecteurs: spirituel, esthétique, musical, politique. Ce que je passe en revue à travers mon travail est un intérêt à utiliser l’abstrait pour raconter des histoires. Je pense que dans un monde sursaturé par les mêmes images médiatiques, l’abstraction rafraîchit les images, tout en ouvrant un espace pour la réflexion, une fenêtre unique qui peut être capable de réinterpréter et de réengager le monde qui nous entoure. »


« My art practice is informed by different vectors – spiritual, aesthetic, musical, political. What runs through my work is an interest in using abstraction to tell stories. I think that in a world oversaturated with the same media images, abstraction can make images fresh again, and open up a space for reflection, a unique lens through which we might be able to reinterpret and reengage in the world around us. »


Collision (by Max Hattler) from Max Hattler on Vimeo

C’est la raison pour laquelle les kaléidoscopes sont si récurrents dans ton travail? 
Is this why kaleidoscopes are so recurrent in your work?

« L’abstraction permet de se distancer de la réalité. Il y a bien des façons de le faire, les kaléidoscopes sont seulement une d’entre elles. J’essaie d’utiliser les kaléidoscopes seulement quand ils apportent un sens narratif ou esthétique. »


« Abstraction allows a distancing from reality. There are many different ways of achieving this, kaleidoscopes are just one way. I try to use kaleidoscopes only when they make narrative or aesthetic sense. »

L’équipe d’Impact Magazine a adoré la vidéo Stop the Show, comment la collaboration avec Amnesty International s’est mise en place? Étais-ce ta propre initiative?
The Impact Magazine crew loved Stop the Show, how did the collaboration start with Amnesty International? Was it your own initiative? 

« L’agence de pub espagnole Contrapunto BBDO a entretenu une longue collaboration avec Amnesty International, en travaillant sur leur campagne pendant près de 10 ans. Contrapunto a vraiment aimé mon film Collision (2005), qui utilise les couleurs et les formes des drapeaux pour raconter une histoire. Ils ont donc suggéré d’utiliser un concept similaire pour la campagne d’Amnesty, afin d’illustrer de façon abstraite les effets du trafic d’arme et les pays concernés. »


« Advertising agency Contrapunto BBDO in Spain has a long-standing working relationship with Amnesty International, having worked on their campaigns for about ten years. Contrapunto really liked my 2005 film Collision, which uses the colours and shapes of flags to tell a story. So they suggested employing a similar concept for this Amnesty campaign, to abstractly portray the effects of the arms trade, and the countries implicit in it. »


Stop the Show (aka WAR) from Max Hattler on Vimeo

Serez-tu intéressé par la réalisation d’un long métrage?
Are you interested in making a feature-length movie?

« Réaliser un long-métrage incluant de l’abstrait serait extrêmement difficile. Regarder un film court abstrait en demande déjà beaucoup à l’audience. Mais j’ai pensé à la possibilité de réaliser un long métrage semi-abstrait… Cela exigerait un très bon savoir-faire…  Je ne sais toujours pas si c’est possible. Qui sait, peut-être que dans 10 ans je serais prêt à relever le défi… Peut-être. »


« Doing something long format involving abstraction is extremely difficult. It is already demanding for an audience to watch nonobjective short films. But I have been thinking about the possibility of a semi-abstract feature film… It really would have to be done right… I still don’t know if it’s possible at all. Who knows, maybe in 10 years from now I’ll be ready to take up the challenge… Maybe. »

Quel sont tes projets en ce moment?
What projects are you working on right now?

« Je suis en train de terminer mon Doctorat en Beaux-Arts à l’Université d’East London, pour laquelle je présente une exposition nommée Audiovisual Abstractions du 21 au 24 Juin 2014. La Private View aura lieu le 19 Juin, de 18h à 21h. C’est ouvert à tout le monde, n’hésitez pas à venir!  Je vais exposer une installation constituée de plusieurs écrans, illustrant une grande partie du travail que j’ai réalisé pendant mon doctorat et ces cinq dernières années, en incluant deux nouvelles oeuvres: Une boucle triptyque d’animation basée sur des motifs Wayuu créés avec des animateurs Vénézuéliens. »


« I am finishing my Doctorate in Fine Art at the University of East London, for which I am presenting an exhibition titled Audiovisual Abstractions during 21-24 June 2014. The Private View is on 19 June, 6-9pm. It is open to everyone, you should come! I am showing a multi-screen installation of most of the work I made throughout the doctorate over the last five years, including two brand new pieces: An animation loop triptych based on Wayuu patterns created with Venezuelan animators, and diptych piece All Rot, which transcends a mental health clinic’s decaying crazy golf course into the realm. »

Motifs Wayuu

Motifs Wayuu


Retrouvez toutes les réalisations de Max Hattler sur sa chaîne Vimeo.

Click here for more articles written in English!

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Cofondateur

    Votre avis