Interview de Seán Dagan Wood: Rédacteur en chef de Positive News

Est-ce que les médias reflètent la réalité du monde? Ou est-ce que l’information sélectionnée comme actualité façonne notre réalité? Telles sont les questions soulevées par le rédacteur en chef de Positive News: Seán Dagan Wood. Afin de mieux comprendre sa perception novatrice du rôle joué par son propre journal, nous sommes partis à la rencontre de ce jeune leader fascinant. [Cette interview s’inscrit dans une série de 4 interviews en partenariat avec TEDxSussexUniversity].

Does the media reflect the reality of the world? Or does the information selected as news shape our reality? These are the questions raised by Positive News’ editor: Seán Dagan Wood. In order to further understand his innovative perception of the role played by his very own media, we went to meet this fascinating young leader.

Bien plus qu’un simple rédacteur en chef, tu es l’ambassadeur de Positive News…
More than a simple editor you seem to be the ambassador of Positive News…

“Oui, en plus de diriger la société qui publie Positive News je fais pas mal de travail promotionnel comme des interventions dans les médias et des conférences publiques. Je bosse pas mal pour promouvoir le concept des infos et du journalisme innovant et constructif.”


“Yes, besides managing the company that publishes Positive News I do a lot of promotional work in terms of media appearances and public talks to promote the concept of a more balanced and constructive news media.”

Je pense qu’il y a un mécontentement important des infos générales. C’est tellement négatif que les gens s’en détournent: c’est beaucoup trop accablant.

Comment ça fonctionne jusqu’ici?
How does it work so far? 

“La version imprimée est une version trimestrielle. Environ 25 000 copies chaque trimestre. Pour la version en ligne nous avons 30 000 visiteurs par mois et 100 000 followers sur les réseaux sociaux.”


“The printed edition of Positive News is a quarterly review. Our circulation is 25,000 copies, with 30,000 unique visitors a month online and 100,000 followers on social media.”

Comment expliques-tu le succès de Positive News?
How do you explain the success of Positive News? 

« D’abord il y a une énorme demande pour plus de bonnes nouvelles, dans laquelle on commence à s’engouffrer. C’est incroyable le nombre de gens à qui je parle qui me disent qu’ils regardent, lisent ou écoutent de moins en moins les infos car ils les trouvent trop négatives. Je pense qu’il y a un mécontentement important des infos générales. C’est tellement négatif que les gens s’en détournent: c’est beaucoup trop accablant. Surtout avec internet, on a tellement de sources différentes, de choix et de perspectives alternatives sur le monde.
C’est aussi à propos de l’état du monde et de l’instabilité globale avec la crise économique, les inégalités sociales et le réchauffement climatique. Je crois que les gens cherchent de l’espoir et il y a des tas de manières pour s’engager dans le monde qui sont bien plus épanouissantes. Donc Positive News offre cet angle sur le monde, ça responsabilise les gens. »


“Firstly, there is a massive demand out there for more good news, which we are only beginning to tap into. It is unbelievable the amount of people I talk to who tell me that they have reduced how much news they are watching, reading or listening precisely because they find it too negative. I think there is a massive dissatisfaction with mainstream news. It seems to be so negative that it actually turns people off, it is too overwhelming. Especially with the Internet, we have so many different sources now, so much choice and so many alternative perspectives on the world.
It is also about the state the world is in and the issues we face such as economic crises, social inequality, and climate change for example. I think people are looking for hope and for ways they can respond to these issues and engage in the world that are more fulfilling. So Positive News offers that different lens on the world, it empowers people.”


Seán Dagan’s talk at TEDxSussexUniversity

Qu’est ce qui rend Positive News si unique et si original comparé aux autres journaux?
What makes Positive News so unique and original compared to the existing newspapers?

“Nous sommes le premier journal au monde qui soit positif. Nous nous concentrons sur les solutions potentielles aux problèmes de la société. Souvent avec le reste des médias le point principal c’est le problème en lui même ou un évènement négatif qui c’est passé. Notre souhait c’est vraiment d’essayer et de servir la société aussi bien que possible. De ce point de vue, faire ça c’est prendre des responsabilités pour ce que nous relatons, comment on le relate et comment ça a un impact sur les gens.

Ce qui est fondamentalement différent c’est qu’on se concentre sur les aspects positifs. Nos angles sont positifs, on va quand même apporter l’information et ses problèmes mais on va se concentrer sur ce qui a été fait à propos d’un problème, quelles sont les choses positives qui ont été faites pour aider à créer un monde plus prospère, pour créer justice, égalité et durabilité environnementale.
On utilise les outils des médias pour inspirer, valoriser les gens. Et aider à créer le monde que la plupart des gens souhaitent. »


“We are the world’s first positive newspaper. We focus on the potential solutions to the problems faced by society. Often, with the rest of the media the main point of focus is the problem itself or a negative event that has happened. Our foundation is really to try and serve society as best as we can. From that point of view, to do that is to take responsibility for what we report and how we report it and how that impacts people.

What is fundamentally different is that we focus on the positive aspects. Our angles are positive but we will still bring in information about the problems. But overall we will be focusing on what has been done about a problem, what good things that have happened to help create a more flourishing world, to create justice and equality and environmental sustainability.
We are really about harnessing the tools of the media to inspire and empower people, and to help create the kind of world most people want.”

Notre approche c’est d’amener un équilibre là où c’est possible. Ce n’est pas de rendre tout positif.

Donc ton objectif à long terme serait de transformer l’approche que les gens peuvent avoir vis à vis des infos?
So your long-term objective would be to transform the approach people can have of the news?

« C’est surtout de donner plus d’attention au développement positif de l’actualité. C’est donner plus d’importance à ces histoires qui sont inexistantes ou broyées dans les médias grand public. C’est aussi essayer d’encourager une approche plus équilibrée des infos. »


“It is partly about giving more attention to positive developments – from the grassroots level right through to the level of international current affairs. It is about giving more prominence to these positive stories that are either nonexistent or buried in the mainstream media. As well as more overall balance in what is reported, it’s also about getting more balance in how any particular events or issues themselves are reported – so it is also about trying to encourage more positive elements within conventional reporting. »

En se concentrant uniquement sur les infos positives, il n’y a pas le risque d’être trop subjectif?
By focusing on positive news, isn’t there the risk of becoming biased?

« J’imagine que le risque est là si on ne le fait pas avec intégrité. Notre approche c’est d’amener un équilibre là où c’est possible. Ce n’est pas de rendre tout positif. On essaie de trouver quelque chose qui soit fondamentalement positif sinon on n’en parle pas, le reste de la presse peut en parler. Si on a l’impression que ça colle avec nos valeurs fondamentales, on prend la décision d’en parler en amenant n’importe quel aspect critique dont on aura besoin. »


“I suppose that risk is there if you do not do it with integrity. Our approach is that we are bringing balance wherever it is necessary. It is not about artificially turning everything into a positive. We try to find something that is inherently positive otherwise we won’t report it, the rest of the press can take care of it. If we feel that overall it fits with our core values, we take the decision to report it while bringing whatever critical aspects we need within that framework.”

Comment vois-tu Positive News dans 10 ans?
How do you see Positive News in ten years?

« Dans cinq ou dix ans je pense qu’on publiera plus de contenu. Bien sûr les médias changent rapidement alors je ne peux pas dire à quoi ça ressemblera exactement. On souhaite développer une application et une édition pour les tablettes et les smartphones. Globalement le but est de développer des news positives comme ressources pour des histoires positives. Mais aussi de travailler directement avec d’autres médias pour les aider à innover et créer une approche plus constructive et plus équilibrée. On cherche à développer une formation pour les journalistes, pas nécessairement pour copier ce qu’on fait mais surtout pour apporter plus d’éléments positifs dans leurs articles. »


“In five or ten years I think we will be publishing a lot more content and having a much bigger influence on the culture of journalism. As well as developing things like a Positive News app and an edition for tablets and smartphones, we are beginning to work directly with other media to help them innovate and create a more constructive and balanced approach. We are developing training for journalists not necessarily to copy what we are doing but mostly to try to bring more positive elements in their articles.”

 Traduit par Aline Guilbert.

Click here for more articles written in English!

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Cofondateur

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.