Invention d’un vernis à ongles anti-viol

Depuis quelques semaines, de nombreux articles évoquent la création d’un vernis à ongles à priori révolutionnaire puisqu’il permettrait aux femmes de mieux se protéger face aux risques de viol, notamment lorsqu’elles sortent le soir. Le principe est simple : lorsque le vernis entre en contact avec des drogues telles que le GHB, la Kétamine ou le Rohypnole, il change de couleur. Quand on pense au nombre de femmes qui se font violées dans le monde chaque année (329708 viols déclarés1), on ne peut qu’accueillir avec intérêt cette invention mise au point par des étudiants américains de Caroline de Nord.

Une fausse bonne idée sur le long terme

Si l’initiative des ces étudiants part sans doute d’un bon sentiment, elle ne me semble pas servir la cause des victimes. En effet, ce vernis laisse passer le message qu’il appartient avant tout aux femmes de se responsabiliser face aux risques de viol. Si un tel vernis à ongles existe mais qu’une femme ne le porte pas, il ne faudra pas longtemps pour que celle-ci soit accusée de s’être montrée inconsciente. Pour peu qu’elle ait pris la « liberté » de porter une tenue sexy et sa parole sera vite décrédibilisée. Certains ou certaines penseront que j’exagère peut-être, mais allons, arrêtons de nous leurrer.

Prenons l’exemple de la pilule. Si je la considère comme une invention progressiste, je ne peux aussi que constater quelques dommages collatéraux d’importance majeure concernant la condition féminine. Avant son apparition, c’était à l’homme de faire attention. Aujourd’hui, lorsqu’une femme tombe enceinte accidentellement, le premier réflexe est de s’interroger sur sa prise de la pilule, et non sur le port ou non du préservatif par son partenaire. Loin de moi l’idée de remettre en cause la pilule mais davantage les logiques sociales qui en ont découlé, avec une plus grande déresponsabilisation de l’homme. Le vernis à ongles pourrait entraîner ce même type de construction sociale.

Pour combattre le viol, il faut changer les mentalités, non les entretenir

Le principal problème du vernis à ongles anti-viol est qu’il pourrait jouer le rôle d’obstacle quant à la promotion d’une véritable éducation sexuelle. Après tout, si les moyens de prévention existants sont jugés suffisamment nombreux et efficaces, pourquoi investir dans des politiques d’éducation et de prévention qui coûtent de l’argent et dont les résultats sont plus lents à apparaître. Pourtant, ce sont elles qui sont à même d’assurer une véritable prise de conscience sur le viol.

Changer les mentalités sur le sujet est un combat de long haleine et devant certains propos tenus, il est difficile de ne pas se décourager. Cependant, il faut continuer à éduquer les nouvelles générations, leur montrer qu’une femme et un homme doivent être traités avec le même respect. Il faut aussi leur faire intégrer une bonne fois pour toutes que le corps d’une femme lui appartient. Jamais ses vêtements ne doivent être considérés comme porteurs d’un message à caractère sexuel (« I wear a dress, not a yes », La Marche des Salopes*). Une femme est tout comme l’homme un être de parole, et seul son consentement oral permet à ce dernier d’entretenir une relation plus intime avec elle. C’est d’abord aux hommes de s’éduquer sur la question. Je ne nie pas le fait que certaines femmes peuvent avoir des attitudes ambiguës, mais à partir du moment où une femme dit non, c’est non, un point c’est tout, et ce peu importe son comportement ou sa tenue. Ceci est un principe sur lequel on ne devrait jamais transiger.

La Marche des Salopes: marche organisée dans plusieurs pays du monde pour soutenir le droit de la femme à s’habiller selon son souhait


1http://www.planetoscope.com/Criminalite/1202-nombre-de-viols-commis-dans-le-monde.html

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Auteure passionnée et touche-à-tout, je prends plaisir à user de mon merveilleux clavier d'ordinateur pour rédiger des articles divers et variés. Et comble du comble, mon clavier a l'air d'aimer ça.

    1 Commentaire

    • Répondre septembre 8, 2014

      nivaigne

      bonne réflexion et que je vais transmettre à mes élèves de bts ( si tu es ok)

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.