Jetpack, le rêve devient enfin réalité…

Un rêve prémonitoire ?

Depuis tout gosse, on a tous rêvé au moins une fois de pouvoir voler. Sans y croire vraiment car cela paraissait surréaliste, mais en voyant des films comme James Bond, Star Wars ou encore Opération tonnerre beaucoup ont gardé espoir en se disant « Moi aussi un jour j’aurai mon jetpack ». J’ai une bonne nouvelle pour les rêveurs, aujourd’hui on peut dire que ce rêve était surement prémonitoire…

jetpacks_05

Les origines de ce projet fou remontent à 1984, quand l’inventeur Glenn Martin commence à bricoler du fond de son garage, l’idée de créer un vrai Jetpack comme dans les films. Il aura fallu près de trente ans d’étude et une douzaine de prototypes pour que Martin Aircraft, une entreprise néo-zélandaise fondée en 2004 par ce même homme, s’apprête à commercialiser le premier réacteur dorsal. S’élevant à un peu moins de 250 mètres au-dessus du sol pour atteindre 75 km/h et une autonomie d’une trentaine de minutes, la performance est impressionante. En 2011, la firme néozélandaise avait effectué une première série de tests avec des mannequin-cobayes et une commande de l’engin à distance.

C’est seulement le 13 août dernier que Martin Aircraft a obtenu l’autorisation de l’état Néozélandais pour effectuer des tests, limités à six mètres d’altitude, avec de vrais pilotes. «Notre protoype est désormais officiellement reconnu comme un mini-avion. Après des vols expérimentaux, nous sommes en train d’améliorer le dernier prototype avant une nouvelle série d’essais début 2014» a confié Deb McPhersen (source: Libération). Martin Aircraft a réussi à canaliser les flux d’air à l’aide d’un système mécanique qui reste léger. Une adéquation rendue possible par les récents progrès dans le domaine des matériaux composites : le Martin Jetpack, à la fois léger et rigide, est presque entièrement conçu en fibres de carbone.

Martin Aircraft a annoncé que son premier produit sortira en milieu d’année 2014 et s’adressera d’abord à la police et aux sauveteurs. Ensuite, une version plus réduite destinée au grand public sera mise en vente pas avant fin 2015.

Au sein même de la machine, on trouve un moteur deux temps à essence de 200 chevaux entraînant deux turbines de part et d’autres du pilote. Pour faire décoller le tout à la verticale, celles-ci soufflent l’air à plus de 300 km/h. La machine se pilote plutôt facilement à l’aide de deux manettes commandant des volets situés sous les turbines dont l’inclinaison modifie la poussée. L’une sert à avancer ou reculer et l’autre sert à tourner.

Rassurez-vous Martin Aircraft a tout prévu et en cas de perte de contrôle, un parachute permet de regagner la terre ferme. Seul ombre au tableau: son bruit (90 décibels ce qui correspond à peu près à un souffleur à feuilles à moins d’un mètre), ainsi qu’un vrai problème de sécurité : à 20 mètres de haut, un parachute n’a pas le temps de se déployer pour nous tirer d’affaire en cas de besoin.


Martin Aircraft n’est pas la seule entreprise dans la course aux jet packs…

 

L’entreprise californienne Thunderbolt Aerosystems a quand à elle lancé le TP R2-G2 , qui coopère par ailleurs avec la NASA et l’Agence Spatiale Européenne (ASE). Petit bémol pour cet engin, malgré une vitesse maximale de 120 km/h, son autonomie ne dépasse pas soixante-quinze secondes. Sans oublier le nouveau joujou de tous les touristes fortunés en mal de sensations fortes, le R200x de l’entreprise Floridienne Jetlev propulsant de l’eau compressé à grande vitesse au dessus d’un plan d’eau et avec une autonomie d’une dizaine de mètres seulement.

À quand le jetpack au garage ?

Avec des mensurations de 2,2 × 2,1 × 1,8 mètre pour 180 kg, le Martin Jetpack reste encore assez éloigné de la version Star Wars, pas plus grande qu’un sac à dos. Sans surprise, son prix reste élevé et n’est pas a la portée de n’importe qui ayant marre des embouteillages : autour de 110 000 euros, sans compter les permis qui devront être validés pour voler avec.

Enfin, Martin Aircraft a annoncé que son premier produit sortira en milieu d’année 2014 et s’adressera d’abord à la police et aux sauveteurs. Ensuite, une version plus réduite destinée au grand public sera mise en vente pas avant fin 2015. Encore une année à rêver pour les plus fortunés!

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.