Le Japon et ses stéréotypes

La vie au Japon a de quoi  faire rêver. De ses campagnes verdoyantes aux grandes villes, telles que Tokyo, avec ses salles d’arcade, ses karaokés, ses rues noires de monde, l’agitation d’une mégalopole mêlée au calme et à la sérénité de l’Asie. Les occidentaux ont une certaine image de l’Asie, et particulièrement du Japon, dont la culture s’exporte si bien.  Pourtant, certaines idées reçues sur la vie quotidienne au pays du soleil levant sont souvent déformées et stéréotypées.

Le travail au Japon

Les asiatiques sont très travailleurs, c’est un fait. Un japonais travaille en moyenne une douzaine d’heures par jour, et ce, cinq à six jours par semaine. Afin de bien se faire voir par leur employeur, certains salariés zélés sont prêts à rester sur leur lieu de travail à la fin de la journée, bien qu’il n’y ait plus grand chose à y faire.

Les longues journées des japonais et leurs semaines chargées sont compensées par le grand nombre de jours fériés et de fêtes. Le Japon est en effet l’un des pays à posséder le plus de jours fériés. (15 contre 11 en France, excepté l’Alsace et les DOM TOM, ndla). Ces périodes de fêtes et ces jours fériés permettent également de compléter la seule et unique semaine de vacances dont ils disposent chaque année.

Shinichiro Saka - Flickr ©

Shinichiro Saka – Flickr ©

Les salariés désirant voyager sont donc bien souvent réduits à passer autant de temps en avion ou dans les aéroports que sur leur lieu de vacances. L’objectif pour ces vacanciers d’en faire le plus possible en un temps record. Des vacances au pas de course, passées en compagnie du jet-lag…

Quand les hommes d’affaires se détendent

Toujours soucieux d’être bien vus par leur supérieur, les salariés sont souvent amenés, principalement le vendredi soir, à sortir en compagnie de ce dernier. Quitter ce genre de soirées le premier, en ayant bu si peu serait vu comme une faiblesse, un manque de virilité. C’est ainsi que dans les quartiers les plus peuplés et les plus populaires de la capitale, notamment Shibuya et Shinjuku, il n’est pas rare de trouver des hommes ivres morts, hurlant et gisant sur le sol, accompagnés de leurs collègues de travail. L’image de l’homme d’affaires « propre sur lui et sérieux en toutes circonstances » ne se vérifie pas dans 100% des cas.

Flickr © - Joseph Tame

Flickr © – Joseph Tame

Les masques protègent de tout

Si les japonais sont connus pour porter des masques chirurgicaux en public, que ce soit dans la rue, ou dans les transports en commun… les raisons ne sont pas toujours aussi évidentes qu’il n’y paraît. En effet, le port du masque au Japon permet aussi bien de se protéger contre les éventuels microbes présents en milieux clos, mais aussi de protéger les autres de ses propres microbes. Mais parfois, ces masques, multicolores, ou encore décorés de personnages cultes de mangas, sont portés comme de simples accessoires de mode. Autre raison plus surprenante encore, les masques peuvent aussi être portés par les femmes qui n’ont pas eu le temps ou l’envie de se maquiller, ou encore, pour se protéger du froid. Donc non, les japonais ne sont pas paranoïaques, ils sont malins !

Flickr ©

Flickr ©

Les sushis, un symbole pour les occidentaux, plus qu’une habitude alimentaire

En France, et plus largement en Occident, on a tendance à résumer la cuisine nippone aux sushis, makis et soupe miso. Il est même plutôt commun de penser que leur nourriture n’est faite que de mets sains et légers, de légumes bouillis et de poissons crus. Or, ce n’est pas tout à fait vrai. La cuisine japonaise est même souvent plutôt grasse : les japonais consomment énormément de fritures et de plats en sauce (porc, poulet, nuggets, et autres saucisses panées).

Des clichés, plus ancrés encore subsistent. Comme cette rumeur qui plane sur le Japon depuis des générations, selon laquelle le climat entre japonais, chinois et coréens serait hostile. Cela remonte notamment à la guerre Imjin, et aux invasions de 1592, pendant lesquelles les japonais furent opposés aux chinois et aux coréens. Le désir de Toyotomi Hideyoshi, l’un des unificateurs du Japon de conquérir la Chine, fût à l’origine de ces invasions. C’est pourquoi les anciennes générations japonaises ont conservé cette hostilité envers les coréens et les chinois. Seulement aujourd’hui, cette animosité n’est plus d’actualité, bien que ce mythe subsiste parfois aux yeux des occidentaux.

Dernier cliché, et non des moindres, le Japon comme précurseur en matière de nouvelles technologies, et référence en matière de jeux vidéos..  À quoi s’attendre en se rendant sur place ? Les personnes s’étant rendues au pays du soleil levant constateront un certain retard en la matière. En effet, si le Japon fut un pionnier dans le domaine de la technologie, cette tendance s’est ensuite freinée, voire stoppée. Le reste du monde a très largement rattrapé le retard pris dans les années 80/90, laissant le Japon avec ses fax et autres téléphones à clapet.

En tant que deuxième puissance mondiale, le Japon est très exposé, et sa culture populaire, très ancré dans notre société peut parfois être sujette à confusions, et à stéréotypes.

Lecture : Philippe Pelletier, La fascination du Japon : idées reçues sur l’archipel japonais

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Titulaire d'un diplôme européen d'études en journalisme, je suis touche à tout, mais je m'intéresse tout particulièrement aux thématiques culturelles.

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.