Le tapis rouge d’un festival de film à Gaza pour dénoncer la cruauté de la guerre

Article rédigé par Mohammed Bendaanane pour Artisthick

Alors que les stars du cinéma se font de beaux clichés glamours sur le tapis rouge du festival de Cannes en France, un autre festival du film s’est déroulé au cœur de la ville de Gaza célébrant l’art et les droits de l’homme. Le tapis rouge du festival a sillonné les ruines que la cité a dû s’infliger au cours de la guerre avec Israël en 2014. Ce même tapis, qui fait plus de 70 mètres de longueur, a accueilli tous ces palestiniens dans une manifestation propulsant un message humainement frappant et prônant les droits de l’homme.

The Karma Human Rights Film Festival, tel que l’organisateur de l’événement Saud Aburamadan l’a baptisé, a eu lieu au milieu des décombres du quartier Shukaiyeh (الشجاعيّة). C’est le premier festival de son genre à être organisé à Gaza. Plusieurs des courts-métrage de réalisateurs syriens, jordaniens et russes ont été projetés sur un grand écran installé sur le mur d’une maison détruite.

28AC880500000578-3083565-image-m-106_143170744521028AA1FBA00000578-3083565-image-a-123_1431708582526

Le festival qui s’est étalé sur trois jour a attiré une foule de palestiniens qui se rassemblés près de l’écran de projection. « Nous avons invité tous les résidents à marcher sur le tapis rouge à la première. C’était notre façon de dire que chacun d’entre eux est important. La plupart des stars à Cannes utilisent le tapis rouge comme un podium, mais au Festival Karama, il avait un but très différent » déclare l’organisateur du festival au portail d’information Daily Mail.

« Pour nous, le rouge est d’abord et avant tout la couleur du tant de sang qui a été déversé ici cet été. Le sang des hommes, des femmes et des enfants » ajoute-t-il.

289B730200000578-3083565-image-a-110_143170755263028AC87C400000578-3083565-image-m-113_1431707604925

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Artisthick est un site d’informations culturelles au Maroc et ailleurs.

    Votre avis