De l’eau potable pour tous: utopie ou réalité?

Si la surface de notre globe est recouverte aux trois quarts d’eau, cela ne permet malheureusement pas de subvenir en totalité aux besoins de la population mondiale. En effet, la majorité de cette eau qui jalonne notre planète est salée, et ses usages sont donc limités. Mais l’on ne peut s’empêcher de penser combien transformer cette eau salée en eau potable permettrait d’améliorer la vie de millions de gens.

Des possibilités existent déjà….

Aujourd’hui, plusieurs procédés existent pour dessaler l’eau de mer, et les plus utilisés sont la distillation et l’osmose inverse. Comment fonctionnent-ils? La distillation consiste à procéder à l’évaporation de l’eau de mer qui se produit grâce à l’action de rayons solaires par exemple, ou encore par l’intermédiaire de chaudières, voire les deux. Il s’agit en fait de séparer les molécules d’eau de tous les autres composants, dont le sel principalement. Pour transformer la vapeur d’eau obtenue en eau potable, il ne reste plus qu’à la condenser. L’osmose inverse demande quant à elle de traiter l’eau salée en amont afin de la débarrasser de ces impuretés. Ensuite, l’eau salée est soumise à une pression afin de lui faire traverser une membrane dite semi-perméable, c’est-à-dire qui ne laisse passer que les molécules d’eau.

Processus du traitement des eaux

Mais la dépense énergétique engendrée limite leurs possibilités de développement

Ces procédés ont été développés au niveau industriel mais ils restent très coûteux. Un travail a été mené pour tenter de limiter leur dépense énergétique. C’est ainsi que des systèmes réutilisant la chaleur produite par la condensation de la vapeur d’eau pour procéder à l’évaporation de l’eau de mer ont été mis au point. Malheureusement, leur fonctionnement est très complexe et nécessite un personnel hautement qualifié.

Eliodomoestico

L’Eliodomestico, l’invention qui change la donne

Destiné aux pays en voie de développement, le procédé sur lequel est basé cette invention réduit ingénieusement les coûts. Il se base sur l’action des rayons solaires qui chauffent l’eau salée placée dans une chaudière étanche, ce qui conduit à l’évaporation de l’eau durant la journée. Une fois condensée, celle-ci est stockée dans un bac de récupération. Après le coucher du soleil, l’utilisateur vient chercher le bac. Ce dernier peut contenir jusqu’à cinq litres d’eau. La construction de l’Eliodomestico ne présente pas de difficultés et ses matériaux de fabrication tels que l’argile sont faciles à trouver. Ainsi, la production peut être locale et n’inclut donc pas de frais de transport. Enfin, l’invention est en « open source », c’est-à-dire que chacun peut en profiter, et l’améliorer au fur et à mesure.

Grâce à des actions comme celle du designer italien Diamanti à l’origine de l’Eliodomestico, des solutions peuvent être apportées afin d’améliorer le quotidien de nombreux êtres humains confrontés aux problèmes d’accès à l’eau potable. Ce qui est aussi intéressant dans son initiative, c’est qu’elle permet aux communautés locales d’acquérir un savoir-faire et de subvenir à leurs besoins de façon autonome, grâce à la simplicité du procédé et de sa fabrication.

 


http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/potable/dessalEau.html

http://izitech.ma/2013/01/17/de-leau-de-mer-qui-devient-potable-invention-open-source-sauver-millions-de-vies/

 

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Auteure passionnée et touche-à-tout, je prends plaisir à user de mon merveilleux clavier d'ordinateur pour rédiger des articles divers et variés. Et comble du comble, mon clavier a l'air d'aimer ça.

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.