L’Etat islamique et les Talibans se déclarent la guerre

Après l’Irak et la Syrie, voilà que l’Etat islamique (EI) a récemment fait son entrée en Afghanistan. A la mi-avril, un attentat-suicide a été commis dans la ville de Jalalabad, faisant 33 morts et une centaine de blessés[1]. Il a été très vite revendiqué par l’EI dont la présence en Afghanistan semble de plus en plus forte, ce qui est loin de faire les affaires des Talibans. Le mois dernier, c’est en des termes très injurieux qu’Abdu Bakar al-Baghdadi, leader d’EI, s’est exprimé à propos des Talibans et de leur leader Mullah Mohammad Omar, en le qualifiant d’ « idiot et de seigneur de la guerre analphabète »[2]. En janvier dernier, les hommes au drapeau noir ont étendu leur califat à Khorasan, une région qui comprend entre autres une partie de l’actuel Afghanistan.

© Flickr / 3aref 6ari2o Drapeau de l'Etat islamique

© Flickr / 3aref 6ari2o
Drapeau de l’Etat islamique

Allégeance de plusieurs leaders talibans

Le 10 janvier 2015, plusieurs chefs de guerre talibans originaires du Pakistan et de l’Afghanistan ont annoncé dans une vidéo rejoindre les troupes d’al-Baghdadi. On y reconnaît Shahidullah Shahid, chef de file des Talibans pakistanais qui s’exprime en arabe, alors que sa langue maternelle est le pachtoun. Cette allégeance est une étape importante car elle marque un essoufflement du mouvement taliban au profit de l’EI. Sans doute les pertes importantes auxquelles les hommes du mollah Omar ont dû faire face après l’opération de l’armée pakistanaise le 15 juin 2014 y est pour quelque chose.

© Wikipedia - Cérémonie d'allégeance de Taliban pakistanais à l'Etat islamique

© Wikipedia – Cérémonie d’allégeance de Talibans pakistanais à l’Etat islamique

Une redistribution des cartes qui pourrait embraser la région

Cela fait plus de vingt ans maintenant que les Talibans combattent en Afghanistan. Ils disposent de soutiens locaux importants mais depuis peu, ils semblent perdre du terrain au profit de l’Etat islamique, qui aurait commencé à recruter dans le pays ainsi qu’au Pakistan. Si à la base, l’idéologie des deux groupes est différente – pan-islamisme pour l’EI, Etat-nation pour les Talibans avec un combat centré sur l’Afghanistan – certains membres des Talibans se laisseraient séduire par le mouvement d’al-Baghdadi qui, il faut bien l’avouer, se fait plus présent que celui de Mullah Omar. De plus, les victoires fulgurantes del’EI en Syrie et en Irak jouent en faveur du groupe terroriste qui dispose d’arguments de poids pour convaincre tous ceux rejetant le gouvernement en place ou les forces étrangères. L’allégeance d’Abdul Rauf Aliza, ancien commandeur des Talibans, à l’EI témoigne de la perte de vitesse du groupe terroriste implanté depuis des années dans la région. Aliza fut cependant tué par un drone américain dans la province de Helmand le 9 février 2015. Néanmoins, les recrutements continuent d’aller bon train, comme dans la province de Farah.

© Flickr / Thierry Ehrmann Portrait d'Abu Bakr Al Baghdadi

© Flickr / Thierry Ehrmann
Portrait d’Abu Bakr al-Baghdadi

Faut-il craindre un embrasement du la région?

Si la menace s’accentue, on peut craindre que les Talibans en viennent à multiplier les opérations armées afin de confirmer leur leadership dans la région, comme on l’a vu avec l’attaque d’une école à Peshawar qui a fait 141 morts. Dernièrement, une bibliographie de Mullah Omar a été publiée sur Internet, et le ton y est très élogieux. Il y est présenté comme un combattant hors pair mais aussi comme «[quelqu’un qui] n’a jamais aimé les querelles idéologiques ou les luttes de factions entre les musulmans »[3]. Le but de cette publication est renforcer le leadership du mouvement taliban, afin d’empêcher les combattants de rejoindre les troupes de l’EI. Reste à savoir si cette lutte de pouvoir ne va pas davantage mettre le feu aux poudres et plonger le pays dans un nouveau conflit.

On pourrait très bientôt se retrouver face à la montée de l’extrémiste dans la région, au grand damne de la population qui se retrouverait prise entre deux feux.

[1] (S.A). Rasmussen, “Afghanistan braces for violence as Islamic  state makes presence felt”, http://www.theguardian.com/world/2015/apr/19/afghanistan-braces-for-violence-as-islamic-state-makes-presence-felt?CMP=share_btn_tw

[2] Khaama Press, “Isis, Taliban announce jihad against each other”, http://www.mintpressnews.com/isis-taliban-announce-jihad-against-each-other/204634/

[3] (S). Lagarde, « Afghanistan : une biographie à la gloire du mollah Omar », http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20150406-afghanistan-une-biographie-mollah-omar-contrer-influence-groupe-etat-islamiq/

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Auteure passionnée et touche-à-tout, je prends plaisir à user de mon merveilleux clavier d'ordinateur pour rédiger des articles divers et variés. Et comble du comble, mon clavier a l'air d'aimer ça.

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.