Lutter contre le braconnage, le nouveau combat des anciens GI

Récemment, la presse du monde entier a dévoilé des photographies de Kinessa Johnson, vétérane de l’armée américaine reconvertie en chasseuse de braconniers. Derrière ce buzz médiatique se cache en fait la Vetpaw, une ONG américaine qui envoie ses GI en Afrique combattre le fléau du braconnage.

La Vetpaw, aux armes vétérans

Kinessa Johnson n’est pas une américaine comme les autres. Après avoir été mécanicienne et instructrice de tir à l’US Army, la jeune femme est devenue mannequin pour une ONG. Elle est désormais chasseuse de braconniers en Afrique.

L’ex GI incarne « l’image de marque » de la Vetpaw (Veterans Empowered To Protect African Wildlife), une ONG recrutant d’anciens militaires de l’armée américaine. Son rôle : lutter contre le braconnage faisant rage dans plusieurs pays d’Afrique.

Fondée par l’ancien Marine Ryan Tate, la Vetpaw poursuit plusieurs objectifs : améliorer l’image des soldats, lutter contre le braconnage et resserrer les liens avec l’Afrique de l’Est. En offrant du travail aux vétérans « post 11 septembre », l’ONG utilise leur expertise pour former les populations et les rangers locaux à lutter contre le massacre de la faune africaine.

Postés en Tanzanie, ces militaires d’un nouveau genre travaillent de concert avec les gardes et l’État. Plutôt que de se restreindre à un rôle défensif, la Vetpaw s’engage également sur le terrain de la prévention et enseigne aux villageois comment se défendre sans arme face aux animaux sauvages ou comment obtenir une source de revenus alternative, notamment via l’agriculture.

Enough Project - Jonathan Hutson

Saisie de défenses d’éléphants © Jonathan Hutson

100 éléphants tués par jour

Chassés pour leurs cornes et leurs défenses, les rhinocéros et les éléphants sont menacés de disparition. Pourquoi ? Les uns pour leur supposées vertus médicinales, les autres pour leur ivoire qui servira à la conception de bijoux ou de statuettes.

En Afrique, le braconnage constitue un business illégal aux mains d’une mafia puissante. Selon le quotidien Le Monde, le prix de gros pour les défenses brutes d’éléphants a triplé depuis 2010 et le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) affirme que la valeur annuelle totale du trafic mondial des espèces sauvages atteint 17 milliards d’euros. D’ailleurs, des chercheurs ont observé une corrélation entre les prix élevés du marché et l’intensité du braconnage.

Selon le site de la Vetpaw, 100 éléphants sont massacrés chaque jour, 30 000 par an selon le journal Jeune Afrique. 100 000 auraient été tués entre 2010 et 2012, principalement en Afrique de l’Est, en Tanzanie et au Kenya. Réunis dans le cadre d’une conférence internationale au Botswana, des experts ont annoncé que l’éléphant d’Afrique pourrait disparaître d’ici une vingtaine d’années si rien ne change. Car maintenant le taux de mortalité de ces animaux dépasse celui de la natalité. Très appréciés pour leur fourrure, les tigres et les lions sont eux-aussi menacés d’extinction.

Ryan Moehring - USFWS

© Ryan Moehring – USFWS Image tigre

Des méthodes musclées sous le feu de la critique

Si cette méthode peut sembler radicale, la force militaire espère opérer là où les autres ONG et associations présentes en Afrique ont échoué. Souvent critiquée sur les forums, la Vetpaw n’a rien d’illégal et fonctionne comme n’importe qu’elle autre ONG, toujours en relation avec les institutions locales et collaborant avec les États africains.

Aujourd’hui, selon la responsable de l’Ifaw Céline Cissler-Bienvenu, les braconniers sont désormais en possession d’équipements militaires dernière génération, notamment du matériel de vision nocturne et des armes de pointes. De nombreux rangers sont morts face à ces hommes suréquipés et entraînés, attestant davantage de l’urgence de la situation.

Bien que l’usage des armes soit plus souvent préventif qu’offensif, ses détracteurs regrettent cette solution musclée et arguent que la communauté internationale ne s’attaque pas assez aux acheteurs, pour la plupart basés en Asie. À ce jour, la Chine représente le plus grand marché d’ivoire légal et illégal au monde. Car dans l’Empire du Milieu, le très prisé or blanc est vendu dans d’innombrables boutiques, presque sans complexe.

Rhino braconnage - Romain

Braconnage de rhinocéros © Romain

 

Source : Jeune Afrique, Mr. Mondialisation, Vetpaw, Ifaw, Le Monde

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Auteure passionnée à la plume tenace et à l’appétit vorace pour les idées qui claquent.

    Votre avis