Photographie: Katerina Plotnikova ravive notre Instinct Animal

Méprenez-vous les images que vous allez contempler ci-dessous ne viennent pas de Photoshop mais sont issues du travail de la photographe russe, Katerina Plotnikova.

Pour son nouveau projet, Katerina Plotnikova est parvenue à instaurer une ambiance digne des conte de fées en s’aidant d’animaux bien réels, et de l’aide précieuse de deux professionnels.

À travers cette série de clichés qui paraissent irréels, la réalité semble se confondre à un monde fantastique, digne des plus beaux rêves d’enfants.


Prepare to be mistaken about the images you are going to see below. These are not taken from Photoshop but from the work of a Russian photographer, Katerina Plotnikova.
 
For her new project, Katerina Plotnikova creates an atmosphere worthy of fairy tales with the help of real animals and two professionals.
 
Through this series of shots, reality seems to merge into a fantastic world, like in the most beautiful children’s dreams.

 

Photos

Pour retrouver le travail de Katerina Plotnikova, vous pouvez vous rendre sur sa page Facebook ou sur son site.

To discover Katerina Plotnikova’s work, you can go on her Facebook page or on her website.

[Traduit par Aline Guilbert]

Click here for more articles written in English!


Venez explorer les autres dossiers photos d’Impact Magazine:

« PEUPLES ET NATURE : LES JOLIES PHOTOS D’UNE TRISTE ÉPOQUE »
« PHOTOGRAPHIE: DES IMAGES SAISISSANTES DE LA TRIBU DINKA AU SOUDAN »
« LES ANGES DÉCHUS DE LEE JEFFRIES : PORTRAIT DE LA PAUVRETÉ »
« PHOTOGRAPHIE : L’ESCLAVAGE MODERNE »
« PHOTOGRAPHIE: LES DERNIERS ROIS DU NIGERIA »
« JAMES MOLLISON: 16 ENFANTS ET LEUR CHAMBRE À TRAVERS LE MONDE »
« PHOTOGRAPHIE: DES CADAVRES D’ANIMAUX DEVIENNENT LE MIROIR DE NOTRE CONSOMMATION »

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Cofondateur

2 Commentaires

  • Superbes, mais j’aurai jamais essayé avec l’ours, trop peur…(même en temps que photographe s’entend)

  • novembre 25, 2019

    Harald dugenet

    La place des animaux sauvages est dans la nature. Ici nous avons à voir des animaux sauvages captifs contraints à des attitudes domestiques. Le reportage ne dit pas qu’elles méthodes ont été utilisées pour en arriver là . Aucune n’est éthique. Se rendre coupable de la capture et la contrainte et la capture d’animaux sauvages est pitoyable. Voir un ours accepter de faire des tours pour une sucrerie est à pleurer. Présenter une Renard comme une peluche que l’on peut prendre sans danger dans les bras, vehicule une image biaisée de la vie animale. Celle ci tend à faire croire que l’animal est un jouet à disposition de l’humain. Même si les clichés sont très pros, et beaux à regarder, les méthodes pour en arriver là sont inacceptables et le message indigne.

Vous devez être connectez-vous pour écrire un commentaire