Street art : YZ fait renaître les amazones du Dahomey

La street artiste française YZ nous présente « Amazone », un projet street art rendant hommage aux farouches guerrières dahoméennes. Car oui, d’après les récits historiques de la Première Guerre franco-dahoméenne, datant de 1890, les soldats français se faisaient souvent trancher la tête par ces robustes guerrières dahoméennes, les « amazones » d’Afrique.

Amazone © YZ

Amazone © YZ

YZ a voulu rendre hommage à travers cette campagne à ces femmes, ses combattantes du royaume de Dahomey, actuel Bénin. Elle tente de renforcer la confiance des femmes de 2015 afin qu’elles puissent défendre leur opinions ou même leur position au sein de notre société, « elles doivent être une inspiration ». Plus qu’un hommage, c’est un devoir de mémoire pour un avenir meilleur : « La série « Amazone » présente une série de portraits de femmes guerrières, révolutionnaires, intellectuelles, qui ont marqué l’histoire africaine. Ce sont ces femmes qui font changer le monde et qui me porte ».

Amazone © YZ

Amazone © YZ

Ce projet, encore tout juste naissant, continuera encore de grandir quelques années, comme le confirme l’artiste : « C’est un travail en cours. Je vais poursuivre mes recherches pour les deux, voire trois prochaines années ». Une approche historique et sociale pour une graffeuse qui se dit fortement touchée par ce qu’elle a appris aux sujets de ces femmes. « Je sens une connexion avec cette histoire. Beaucoup de femmes ont lutté pour leurs droits et les droits de leur peuple. Pour savoir où nous allons, nous devons savoir d’où nous venons, et ces histoires sont importantes pour éduquer la prochaine génération, en particulier les femmes ».

Amazone © YZ

Amazone © YZ

 

Amazone © YZ

Amazone © YZ

 

Amazone © YZ

Amazone © YZ

 

Amazone © YZ

Amazone © YZ

 

Amazone © YZ

Amazone © YZ

 

Amazone © YZ

Amazone © YZ

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Né dans un chaudron, j'ai développé une curiosité maladive qui m'a amené à me passionner pour l'international. Serpentard adoubé et champion de Cramois'Île, je collabore notamment avec Ijsberg Magazine, Grafitee ainsi qu'Impact Magazine. Entre Ukraine et Islande, me voici de retour après 6 000 km à travers la Scandinavie.

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.