Ukraine : une reprise des affrontements entre Kiev et les insurgés

Alors qu’en Europe tous les regards sont tournés vers l’action du nouveau gouvernement grec de Syriza, la situation dans l’Est de l’Ukraine ne cesse de se dégrader sur le plan politique et militaire.

La reprise des hostilités dans le Donbass

Dans le Donbass, les combats violents se poursuivent entre les forces de Kiev et les insurgés ukrainiens. Les rebelles, qui sont parvenus à prendre le contrôle de l’aéroport de Donetsk, semblent de plus en plus prendre le dessus sur l’armée ukrainienne. Dans la ville de Debaltsevo, au nord-est de Donetsk, les bombardements ukrainiens et les tirs de lance-roquette des rebelles ont fait plusieurs dizaines de victimes militaires et civiles. Si près de 70 personnes ont été tuées ce week-end, le bilan total du conflit s’élève à plus de 5000 morts depuis dix mois. C’est dans ce contexte que se sont déroulées les discussions du 31 janvier à Minsk, qui devaient aboutir à une trêve entre les forces de Kiev et les rebelles. Cette trêve ne verra pas le jour, chaque camp se rejetant la responsabilité de cet échec.

2014_pro-Russian_unrest_in_Ukraine

© Wikimedia Commons

L’OTAN au secours des forces de Kiev ?

Les Européens s’inquiètent fortement de cette situation. Le président russe Vladimir Poutine s’est dit « extrêmement préoccupé » par cette poursuite des hostilités. François Hollande et Angela Merkel ont, de leur côté, demandé un cessez-le-feu immédiat. En Ukraine, le gouvernement est confronté à des contestations au sein de l’armée : seuls 20% des jeunes requis pour la mobilisation générale décrétée par le pouvoir de Kiev se sont présentés. Tout un mouvement de protestation contre la conscription est en train de s’amplifier et en trois jours, près de 7500 jeunes ukrainiens ont fui en Russie pour y échapper.

Secretary_Kerry_Shakes_Hands_With_Ukrainian_President-elect_Poroshenko_Before_Meeting_in_Warsaw_01

Le président ukrainien Petro Porochenko en présence de John Kerry, secrétaire d’Etat américain. © Wikimedia Commons

De plus en plus affaibli, le gouvernement de Kiev réclame une aide à l’OTAN. Le New York Times a établi que les États-Unis cherchaient à livrer des armes à l’Ukraine pour résister aux séparatistes pro-russes. La réponse ne s’est pas fait attendre du côté des insurgés avec un appel à la « mobilisation générale » qui pourrait permettre d’enrôler des milliers de combattants aux côtés de leur chef, Alexandre Zakhartchenko. Le problème est que si les États-Unis continuent d’armer les forces de Kiev et à leur donner carte blanche, il va devenir de plus en plus difficile pour eux d’accuser Moscou de soutenir les insurgés à l’Est…

Vers un retour du dialogue entre l’Europe et la Russie ?

Au-delà de la nécessité d’un cessez-le-feu, la solution à la crise ukrainienne ne peut être que politique. Plutôt que de suivre aveuglément la politique américaine, les Européens devraient comprendre qu’il ne peut y avoir de règlement du conflit sans un dialogue avec la Russie. L’époque où les règles du jeu international pouvaient être fixées par les Occidentaux sans la Russie voire contre elle, cette époque-là est révolue.

No 741831

Alexis Tsipras, le nouveau Premier ministre grec © Wikimedia Commons

L’élection du parti de gauche Syriza en Grèce dimanche dernier présente peut être l’occasion de changer la donne en Europe. Le premier ministre Alexis Tsipras s’est insurgé contre le fait que les pays qui s’étaient opposés à de nouvelles sanctions contre la Russie, comme Chypre et la Grèce, n’avaient pas été entendus. Il a aussi plaidé pour que l’Ukraine devienne un pont entre l’Union européenne et la Russie plutôt qu’une zone de division. D’autres pays, comme l’Autriche, la République tchèque et la Slovaquie ont également exprimé leurs réserves vis-à-vis de nouvelles sanctions contre la Russie et cherchent à privilégier le dialogue. A croire que le nouveau gouvernement grec est moins isolé sur le dossier ukrainien que certains ne voudraient le croire…

  • share on facebook
  • share on twitter
  • share on google+

Diplômé d'un master d’histoire et sciences humaines, j'ai enseigné l'histoire-géographie en collège. Je m'intéresse actuellement à l'évolution des sociétés, aux questions géopolitiques et aux enjeux liés à la mondialisation

    Votre avis

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.